Paj douvan | Pwopozé on awtik | Tèm | Otè

Wouchach



Statistik

Dènyé aktyalizasyon
sanmdi 28 oktob 2017
14h31

Statistik éditoyal
2165 Awtik
97 Kanmo
27 Sit entewnet
158 Otè

Statistik a vizit
128 jodla
1193 yè
6617460 o total

image Koudmen

Kalandriyé

Mo klé

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 désanm 2010, 16 désanm 2008, 26 oktòb 2010, Akòw Bino, Afè Jefté Depreux, Apawté, BEO, Kanpèch, Charles Henri Salin, Klowdékonn, Lé Koury, Klinik Kadji, K5F, Grèv aka Danone, Dyalog sosyal, Dwa a travayè, Lesklavaj, Etats-Généraux, Guerlain, Ayiti, Jistis kolonyal, Kanaky, LKP, Mé 67, Mawtinik, Mayòt, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Oktòb 1801, Pétition anti LKP, Bitasyon HAYOT, Pwi a ésans, Pwokirè PRETRE, Pwidom, Rasiz’m, Repwésantativité UGTG, La SARA, Sarah Aristide, Solidarité, Tourizm 2008, VIH/SIDA, Zénofobi, Mizè, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

En Guadeloupe, la profitasion continue : interview d’Elie DOMOTA par Samy ARCHIMEDE

Fowma pou enpwimé Chawjé an fowma pdf

Pon réyaksyon jiska lè !
 

Quelle est la situation sociale de la Guadeloupe trois ans après le grand mouvement social de 2009, mené par le LKP (1) ?

La situation sociale est tendue. Il y a actuellement entre 20 et 30 entreprises où les salariés sont en grève et où ils demandent l’application de l’accord professionnel (accord Bino (2)) sur les salaires, signé en 2009. Cet accord prévoyait une augmentation des bas salaires de 200 euros fi nancée par des aides de l’État pendant trois ans puis par les entreprises elles-mêmes à partir du 1er mars 2012. Aujourd’hui, à l’initiative des syndicats patronaux (le Medef et la CGPME) et de la FDSEA, une fronde est menée contre cet accord. Outre l’accord Bino, de nombreux engagements avaient été pris il y a trois ans par l’État et les collectivités.

Où en est-on aujourd’hui ?

Les engagements liés à l’encadrement des prix des produits de première nécessité n’ont pas été tenus. L’État était censé, à travers la répression des fraudes, sanctionner le non respect de ces engagements et prendre un décret en Conseil d’État pour encadrer ces prix, mais cela n’a jamais été fait.

Comment expliquer cela ?

Tout simplement parce que l’État s’est toujours rangé du côté des profi tants, et il ne bouge que quand le peuple est en colère. Ce sont les mêmes grandes entreprises qui fi nancent les campagnes électorales des présidents français, qu’ils soient de gauche ou de droite. Dans le domaine de la formation et de l’insertion de la jeunesse, un plan d’urgence était prévu mais là encore, rien n’a été fait et nous sommes toujours champions d’Europe du chômage des jeunes. Les autres engagements (prix des carburants, logement, transport, prix de l’eau, accès des cadres guadeloupéens aux postes à responsabilité, etc.) n’ont pas été tenus non plus. Cela fait près de deux ans que nous demandons au préfet, aux présidents des conseils général et régional et à la ministre de l’Outremer de réunir la commission de suivi pour examiner les différents points du protocole d’accord. Mais nous ne recevons aucune réponse. C’est pour cela que, depuis trois ans, l’île est sous tension.

Que signifie le terme « profitation » ?

Sur le plan social, c’est une discrimination raciale directement organisée par l’État. Sur le plan économique, ce sont des écarts de prix injustifiés. L’autorité de la Concurrence avait reconnu en 2009 qu’il y avait en Guadeloupe des marges absolument inadmissibles, des monopoles illégaux, des ententes illicites, etc.

Que faudrait-il dans cette île pour que les choses changent ?

Il faut un véritable projet de développement économique et social décidé par les Guadeloupéens euxmêmes et non depuis Bruxelles et Paris. Les politiques publiques mises en oeuvre par la France et l’Europe sont totalement inadaptées à nos réalités sociales et économiques. Au final, il s’agit purement et simplement de faire de la Guadeloupe une colonie de consommation destinée à recevoir les produits de l’Union européenne et de la France en particulier. Plus de 80 % des produits manufacturés consommés en Guadeloupe proviennent de France.

La population guadeloupéenne n’est-elle pas découragée ?

Les gens restent mobilisés, 12 000 personnes ont manifesté à Pointeà-Pitre le 27 mars dernier. Le risque aujourd’hui, c’est qu’on aille vers une véritable explosion sociale.

C’est ma grande crainte. C’est ce que vous disiez déjà il y a trois ans… Il y a trois ans, le LKP avait réussi à fédérer toutes les forces sociales guadeloupéennes. Les gens savent très bien que c’est dans la lutte que les choses peuvent changer. Nous sommes conscients que le combat est très difficile et qu’il faudra lutter longtemps. Le 3 octobre 2009, la ministre de l’Outre-mer m’avait dit que les accords [signés après la grande grève de 2009, NDLR] ne seraient pas respectés car cela reviendrait à remettre en cause les liens actuels qui existent entre la France et la Guadeloupe. Le problème est avant tout politique.

SAMY ARCHIMÈDE

(1) Le LKP, collectif contre la « profi tation », rassemble 48 organisations (associations, syndicats, partis politiques, organisations culturelles et artistiques).

(2) Cet accord porte le nom du militant CGT tué lors des manifestations de février 2009.

2009, année historique

À L’ISSUE DE LA PLUS LONGUE grève générale dans l’histoire de la Guadeloupe (44 jours), l’État français et les collectivités territoriales de l’île avaient signé avec le LKP, en février et mars 2009, un double accord d’une portée considérable.

Rappel des principaux engagements pris :

– augmentation des bas salaires de 200 euros net (accord Bino du 4 mars 2009) ;

– baisse de la taxe d’habitation (9 %) et de la taxe foncière (7 %) ;

– baisse des prix des produits de première nécessité ;

– baisse de 3 à 10 % du prix de l’eau ;

– baisse de 5 à 10 % des tarifs bancaires ;

– gel des loyers (logement social) ;

– baisse de 20 % des tarifs des transports urbains ;

– plan d’urgence pour la formation professionnelle et l’emploi des jeunes ;

– priorité donnée aux Guadeloupéens pour les postes de cadres.

Pibliyé pa lé Redaktè lè jédi 14 jen 2012
Aktyalizé lè mewkwèdi 29 out 2012

Chawjé dokiman

 
Fowma a fichyé PDF
Pwa : 229.4 ko
 

 > Li sa osi

Titak plis awtik an menm ribrik la :

Titak plis awtik a menm otè la :

 > Fowom a awtik la

Pon réyaksyon jiska lè !

Kontakté nou | Plan a sit la | Kwen a mètwèb | Gwas a SPIP | Kouwan RSS Kouwan RSS | Lé mansyon

Valid xhtml 1.0 Téléchawjé Firefox !