Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 24 juillet 2014
11h51

Statistiques éditoriales
1946 Articles
93 Brèves
27 Site Web
132 Auteurs

Statistiques des visites
1123 aujourd'hui
2285 hier
2958966 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Contre la répression antisyndicale en Guadeloupe : Une délégation du Cicr reçue le 15 janvier 2013 au ministère de la Justice

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l article par mail

Informations Internationales - EIT



Aucune réaction pour le moment !
 

Mardi 15 janvier 2013, une délégation du Comité international contre la répression (Cicr) et de syndicalistes a été reçue au ministère de la Justice par M. Eric Lafontaine, conseiller pour les affaires réservées auprès de Mme Taubira, ministre de la Justice.

Cette délégation, composée de maître Hélène Rubinstein-Carrera, avocate honoraire, membre du bureau du Cicr, de Jean-Jacques Marie, historien, président du Cicr, d’Alain Serre, syndicaliste CGT, de Gérard Bauvert, journaliste, secrétaire du Cicr, est venue chercher des réponses aux questions posées lors d’une précédente entrevue, le 24 octobre 2012, avec M. Lafontaine, cela en relation avec la vague de répression antisyndicale qui s’est abattue sur les militants syndicaux en Guadeloupe, et particulièrement sur ceux de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) victimes de procès à répétition.

Les questions soulevées par la délégation ont porté une nouvelle fois sur le caractère inacceptable de l’utilisation des tests ADN à l’encontre des militants syndicalistes dans l’exercice de leur mandat, utilisation qui est une tentative de criminaliser l’action syndicale.

La délégation a souligné qu’une simple circulaire de la Chancellerie mettrait un terme à ces procédures inadmissibles et interromprait les poursuites engagées à la suite de cette procédure.

Deux cas ont été également soulevés, la délégation se référant au document précis et circonstancié établi par Elie Domota, secrétaire général de l’UGTG, dans un mémorandum concernant la répression antisyndicale. Pour rappel, ce document a été remis en main propre à M. le conseiller aux affaires réservées en octobre 2012. Il s’agit du cas de la déléguée Régine Délphin, poursuivie pour diffamation publique, injure et discrimination, et de celui d’Elie Varieux, délégué syndical UGTG au Crédit agricole, juge prudhommal, licencié au mépris des règles du Code du travail, au mépris des décisions de l’inspection du travail, qui témoignent d’une vindicte patronale sans limite.

Monsieur le conseiller auprès du ministre de la Justice a déclaré qu’a ce jour, concernant les importantes questions abordées, il ne pouvait nous apporter aucun élément nouveau depuis l’entrevue d’octobre. Il s’est engagé à rendre compte au cabinet du ministre de la Justice, Mme Christiane Taubira, des éléments établis par la délégation et des demandes expressément formulées, cela, dans des délais immédiats.

La délégation a enregistré cet engagement. Elle a assuré M. le Conseiller auprès de Mme Taubira de sa détermination à poursuivre son action et à revenir chercher les réponses aux questions formulées, forte de l’appui de plus de mille responsables syndicaux et militants des droits de l’homme.

Informations internationales

Entente internationale des travailleurs et des peuples

87, rue du Faubourg-Saint-Denis 75010 - Paris -France

Tél : (33 1) 48 01 88 28Fax : (33 1) 48 01 88 36 E.mail eit.ilc@fr.oleane.com

Publié par CICR le dimanche 27 janvier 2013

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !