Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 19 octobre 2017
22h10

Statistiques éditoriales
2164 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
5481 aujourd'hui
6559 hier
6526019 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Haïti : 73 organisations brésiliennes se prononcent contre la MINUSTAH

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

73 organisations brésiliennes se prononcent contre la MINUSTAH

Manifeste contre l’occupation militaire d’Haïti par la MINUSTAH

L’occupation militaire de la nation haïtienne signifie par elle-même, la négation de tous les principes fondamentaux du droit international public. Entre autres, le droit à la souveraineté nationale au sein du cadre transnational de réciprocité et de solidarité. Il arrive que l’occupation militaire de la MINUSTAH, sous prétexte de promouvoir la stabilisation, s’est muée en présence opprimante et, donc spoliatrice.

Le peuple sans assistance et opprimé d’Haïti n’a pas besoin de troupes militaires, d’intervention belliqueuse ou de police des mœurs, mais bien d’être exonéré de l’illégal et illégitime endettement externe maintenu au seul bénéfice du système financier spéculatif international. En plus de la dette contemporaine, il existe la dette historique : 45% de la dette externe actuellement payée par le peuple haïtien, a été contractée durant les dictatures de la famille Duvalier. Haïti manque, avant tout, d’appui technique pour son agriculture, de médecins pour sa population et d’implantation internationale de projets sociaux de santé, d’assainissement, d’éducation et de plein emploi, qui stimulent à court terme, son émancipation.

Pourtant, Haïti vient à être aussi objet, ces dernières années, de présences internationales positives importantes pour son développement et son émancipation nécessaire. Nous pouvons mentionner seulement quelques missions intégrées par des brésiliens, en 2005 et 2007.

Tant la Mission Internationale d’appui et de solidarité à Haïti (avec la participation non moins importante de Jubilée Sud) que celle de 2007, appuyée par le Conseil Fédéral de l’Ordre des Avocats du Brésil, ont fourni un diagnostic social accablant, marqué par la misère extrême, les maladies, la faim et le chômage. La présence de la MINUSTAH n’a pas résolu ces problèmes ; aucune pratique d’invasion militarisée ne peut contribuer à résoudre ces problèmes.

En 2005, durant la conférence de la Mission à Port-au-Prince, un étudiant haïtien, avec approximativement 14 ans d’âge, a présenté à la Table Ronde présidée par l’exemplaire Perez Esquivel, une question résumant la proposition de ce Manifeste. Si les conférenciers trouvaient que l’occupation militaire d’Haïti résoudrait ses problèmes économico-sociaux ? Même devant la condamnation par les conférenciers de la Table, de l’occupation militaire, l’étudiant a encore posé le problème :

S’ils étaient unanimes, ils devraient reconnaître qu’un tel problème aurait dû être résolu au début du XXème siècle, quand eut lieu la première invasion militaire. La Communauté internationale ne peut, sous peine de renoncer à l’Humanité elle-même, ignorer les souffrances extrêmes des Haïtiens soumis aux exigences mutilantes des intérêts financiers globalisés, et mourant de faim, - comme l’ont démontré les récentes mobilisations -, et supportant le chômage, en plus de la terreur militarisée, où l’oppression, les tirs, les armes, la mort substituent ce qui aurait dû être fait : une solidarité effective, moyennant l’appui économique, technique, environnemental et culturel.

Sous les rubriques déjà démasquées de lutter contre ce qu’elle a convenu d’appeler des « gangs armés » qu’est le peuple spolié revendiquant ses droits inaliénables qui ont été usurpés, la MINUSTAH est en train de renforcer ses pratiques violentes et mortelles contre des manifestants pour la libération. Il ne sera même pas nécessaire de faire entendre la voix des entités pro-droits humains d’Haïti, comme, par exemple Batay Ouvriye, qui décrivent les horreurs de cette répression ouverte qui dégaine ses mitrailleuses à la hauteur normale d’un être humain, en obligeant le peuple à coucher par terre en pleine rue, pour ne pas être atteint.

Malgré tout, elles arrivent à blesser et à tuer beaucoup de personnes aux Cayes, à Port-au-Prince et à Ouanaminthe. Un sentiment empli de révolte et de honte a déclenché notre protestation à travers ce Manifeste. Sans avoir besoin de chaque cas de violation de Droits Humains (en exigeant des mesures immédiates de l’ONU qui ne s’opèrent pas moyennant l’occupation militaire opprimante), nous citons seulement un seul fait dénoncé par nos observateurs : en terminant tragiquement cette première quinzaine d’avril 2008, cette même structure répressive a lancé une grenade contre la population qui se trouvait au marché.

Elle a détruit la vie et les marchandises de petites vendeuses pauvres. Aucune personne, aucun peuple ne doit être soumis à cette pratique militaire odieuse qui a dépassé les limites de la barbarie et s’est muée en force brute, sanguinaire, donc mutilante. En revanche, il doit se produire la condamnation morale internationale de ces actes par ce qu’il convient encore d’appeler la conscience humaine éthique, que des entités internationales de Droits Humains ont en train d’exprimer. L’activisme éthique sait que – et ceci s’est appris avec le législateur grec Solon avant Christ -, jamais le peuple abandonné ne cherche de la violence, car, au contraire, il souffre du manque de droits, qui est le seul générateur de la violence, du crime et de la brutalité.

Haïti est constitué d’un peuple spécial pour être historiquement objet d’oppression et, au moyen de la lutte, pour avoir été l’auteur de sa propre indépendance. Donc, cette force unique du peuple haïtien ne sera jamais une menace pour d’autres peuples, mais bien un élément fondamental de son émancipation, de sa reconstruction, et donc, participant de sa convivialité internationale équitable. Haïti exige notre appui et notre solidarité – c’est notre responsabilité .

Il ne doit pas être victime de tirs, de domination militaire et d’exploitation capitaliste, fût-elle globalisée. En conséquence, les entités de Droits Humains du Brésil réitèrent la condamnation et la protestation des entités morales d’Haïti.

A bas les exploiteurs !

A bas l’occupation militaire !

Dehors la MINUSTAH !

Sign the petition

Partant, la Société brésilienne exige que le gouvernement brésilien remplisse urgemment son devoir qui a un double aspect : 1) des troupes brésiliennes ont intégré la MINUSTAH ; 2) le Brésil, comme entité internationale, est coresponsable des atrocités démontrées. D’où l’urgence d’interpeller les responsables, en faisant cesser de telles violations !

Ont signé :

1. Jubileu Sul Brasil ;

2. Sindicato Dos Professores de Nova Friburgo e Região/RJ ;

3. Irmã Julia Depweg - Irmã de Notre Dame/Belém-Pará ;

4. Grito dos Excluídos/as Continental

5. Conlutas Nacional

6. Emilio Taddei – Argentina

7. Marcha Mundial de Mulheres – MMM/Brasil

8. SOF - Sempre Viva Organização Feminista

9. Via Campesina Brasil

10. MST - Movimento dos Trabalhadores Sem Terra

11. MAB - Movimento dos Atingidos por Barragens

12. FEAB - Federação dos Estudantes de Agronomia do Brasil

13. MMC - Movimento das Mulheres Camponesas

14. MEET - Movimento Ecumênico de Estudantes de Teologia

15. Justiça Global

16. Instituto de Políticas Alternativas para o Cone Sul – PACS

17. Rede Brasil sobre Instituições Financeiras Multilaterais

18. Centro de Educação Popular do Instituto Sedes Sapientiae – CEPIS/São Paulo

19. Centro de Educação e Assessoria Popular - CEAP – Rondônia

20. Fórum da Amazônia Ocidental – FAOC

21. Fórum da Amazônia Oriental – FAOR

22. Associação de Favelas de São José dos Campos – São Paulo

23. ARIDAS NORDESTE

24. Conselho Nacional do Laicato do Brasil - CNLB Regional São Paulo

25. Conselho de Leigos da Arquidiocese de São Paulo – CLASP

26. Conselho de Leigos da Região Episcopal Ipiranga – CLERI

27. Instituto São Paulo de Cidadania e Política

28. Articulação de Mulheres Brasileiras

29. Centro Nordestino de Medicina Popular

30. Sindicato dos Trabalhadores da Indústria Energia Elétrica do Estado de Santa Catarina

31. Central Única dos Trabalhadores de Santa Catarina

32. Cáritas de Tubarão/Santa Catarina

33. Rede Social de Justiça e Direitos Humanos

34. CEPASP - Centro de Educação, Pesquisa e Assessoria Sindical e Popular

35. ISER ASSESSORIA - Rio de Janeiro

36. Associação Político-Cultural BRASIL/CUBA - Casa Gregório Bezerra

37. Articulação Nacional de Movimentos e Práticas de Educação Popular e Saúde do Rio de Janeiro

38. Movimento Nacional de Luta Pela Moradia- Acre

39. CEIA - Pequena Thaysla Jairine – Acre

40. Grupo Mao Criativa – Acre

41. Comitê Nacional da Juventude Revolução

42. Movimento Negro Socialista – MNS

43. Sindicato de Trabalhadores em Empresas Ferroviárias de Bauru, Mato Grosso do Sul e Mato Grosso.

44. Coordenação dos Conselhos das Fábricas Ocupadas/Brasil

45. Conselho de Fábrica da Flaskô – Fábrica Ocupada

46. Grito dos Excluídos Brasileiro

47. Serviço Pastoral dos Migrantes

48. Pastoral Operária

49. Pastoral Carcerária

50. Articulação da Bacia do São Francisco

51. Coordenação dos Movimentos Sociais

52. Centro Burnier de Formação – Mato Grosso

53. Comissão Pastoral da Terra

54. ADITAL – Agencia de Notícias

55. Articulação da Assembléia Popular do Piauí

56. Articulação da Assembléia Popular do Rio Grande do Norte

57. Fórum das Pastorais Sociais

58. Pastoral da Juventude do Brasil

59. Associação dos professores particulares do Paraná

60. Movimento dos Trabalhadores Desempregados

61. Fórum Brasileiro de Economia Solidária

62. Pastoral da Mulher Marginalizada

63. Sindicato dos Químicos Unificados

64. Articulação da Assembléia Popular de São Paulo

65. Consulta Popular

66. Movimento de Atingidos por Barragens

67. Articulação da Assembléia Popular do Paraná

68. INTERVOZES

69. Conselho Nacional de Igrejas Cristãs - CONIC

70. Central dos Movimentos Populares

71. Federação dos Estudantes de Agronomia do Brasil

72. Conselho Indigenista Minissionário

73. Movimento Nacional de Direitos Humanos - MNDH

Sign the petition

Publié par la Rédaction le mardi 6 août 2013

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !