Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
mardi 21 mars 2017
20h36

Statistiques éditoriales
2154 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
4136 aujourd'hui
7137 hier
5394884 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

TOUS EN GRÈVE LE 21 OCTOBRE 2014 - SE REBELLER EST JUSTE Désobéir est un devoir, Agir est nécessaire

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

CAMARADES, ADHERENTS, MILITANTS DE L’UGTG randévou 8tè é dimi douvan lokal UGTG



Aucune réaction pour le moment !
 

SE REBELLER EST JUSTE

Désobéir est un devoir, Agir est nécessaire !

CAMARADES, ADHERENTS, MILITANTS DE L’UGTG,

Patronat, Elus et Etat colonial ont décidé d’en finir avec les droits des travailleurs. Ils s’en prennent aux salariés, aux chômeurs, aux familles, aux retraités, aux petites gens. Et ils prétendent défendre les plus démunis. MANTI A MANTÈ !

Leur devise : la loi, c’est le marché. Et toutes les règles sociales, les conventions collectives, les statuts, le code du travail, …. sont considérés comme autant d’entraves à la recherche du profit maximum.

Pour atteindre cet objectif, il faut détruire les acquis sociaux obtenus de hautes luttes ; acquis qui ont permis aux travailleurs, aux familles, d’améliorer leur condition de vie depuis des décennies. Ils appellent cela : réformer.

Ainsi, toutes les mesures prises par l’Etat sont dictées par le patronat et visent à détruire les droits sociaux des travailleurs et des familles. Ce qu’ils appellent dialogue social n’est autre que la négociation de la plateforme de revendications du patronat :

- Dérogation à la durée du travail ;

- Relèvement des seuils sociaux pour faire disparaître les syndicats ;

- Augmentation des taxes et impôts ;

- Suppression de jours fériés ;

- Simplification des procédures de licenciements ;

- Ouverture le dimanche ;

- Remise en cause de la convention assurance chômage ;

- Chasse aux chômeurs ;

- Dérogation au salaire minimum, …

Les choses sont claires, ce sont des attaques contre les salariés et les organisations syndicales dans l’objectif d’éradiquer toutes contestations sociales.

Ce sont des licenciements massifs, une répression effrénée contre les militants syndicaux, une stigmatisation des chômeurs et la volonté de supprimer les organisations syndicales dans le paysage social. Ce sont des cadeaux qui sont offerts au patronat au détriment des travailleurs et du peuple. Nous le voyons bien :

- Aucune mesure sur les contreparties des aides publiques reçues par les entreprises dans le cadre du CICE et du pacte de responsabilité ;

- Aucune mesure sur le non respect de l’obligation de la négociation collective ; -

- Aucune mesure sur la fraude patronale qui atteint 25 milliards d’euros ;

- Aucune mesure relative à la corruption des patrons et des élus ;

- Aucune mesure pour une gestion de notre eau en faveur des usagers ; -

- Aucune mesure pour la priorité d’emploi des guadeloupéens ;

- Aucune mesure kont pwofitasyon sur les prix des marchandises et des carburants ; -

- Aucune mesure sur le respect du droit syndical et la représentativité des syndicats ;

- Aucune mesure sur les profits et licenciements boursiers ; -

- Aucune mesure sur les salaires des grands patrons ; -

- Aucune mesure sur les licenciements ;

- Aucune mesure sur l’augmentation des dividendes versés alors que les licenciements augmentent ;

- Aucune mesure sur les délocalisations d’entreprises et de capitaux ;

- Aucune mesure sur le train de vie et la retraite des députés, ministres et sénateurs ;

- Aucune mesure sur le non reversement des cotisations sociales encaissées par les patrons. AYEN ! AYEN ! AYEN !

Dans ce contexte de remise en cause généralisée des droits fondamentaux, il nous faut continuer à croire en nous-mêmes, croire en notre jeunesse, en sa capacité créatrice, croire en notre filiation a véléré konbatan des révoltes amérindiennes, des rébellions anti esclavagiste, des grèves de 1910, 1924, 1935, 1052, 1967, 1975, du mouvement LKP de 2009.

Il nous faut continuer à croire et à développer notre UGTG, outil de conscientisation et de libération des travailleurs et du Peuple de Guadeloupe,

Il nous faut continuer la lutte pour la vie, la lutte pour la création d’une nouvelle Guadeloupe débarrassée de la domination capitaliste et colonialiste.

Ce MARDI 21 OCTOBRE 2014, l’UGTG appelle ses adhérents, ses militants, ses dirigeants à se rassembler dès 08 heures 30 devant le local à Pointe-à-Pitre. Il s’agit du point de départ d’une vaste campagne d’action et de mobilisation :

- Pour l’ouverture de négociation dans toutes les branches professionnelles sur les salaires, la formation, la protection sociale, la qualification, l’exercice du droit syndical, etc.…. ;

- Pour le respect des conventions collectives de Guadeloupe ;

- Contre la répression anti syndicale ;

- Pour la formation et l’emploi ;

- Contre la remise en cause des acquis sociaux ;

- Pour la défense des libertés syndicales ;

- Pour l’application de l’Accord Jacques BINO et de l’Accord du 04 Mars 2009 ;

- Pour la mise en régie directe de notre eau ;

- Pour le respect de la représentativité des organisations syndicales ;

- Pour la sauvegarde et le développement des services publics ;

LES PEUPLES NE RENONCENT JAMAIS A LA LIBERTE. ILS Y SONT SEULEMENT CONTRAINTS ET SEULEMENT POUR UN TEMPS, LE TEMPS PRIS POUR PREPARER LA REVOLTE ET BRISER LES CHAINES DE L’ASSERVISSEMENT ET DE LA NEGATION

CRÉER, C’EST RÉSISTER. RÉSISTER, C’EST CRÉER !

TOUS EN GRÈVE

SANBLÉ douvan lokal UGTG

MARDI 21 OCTOBRE 2014 A 08H30

PON DISOU PA PÈD !

NOU PÉKÉ FÈ DÈYÈ !

Konsey sendikal UGTG

lapwent, 13.10.14

Publié par la Centrale UGTG le vendredi 17 octobre 2014
Mis à jour le dimanche 19 octobre 2014

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !