Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
dimanche 16 juillet 2017
23h40

Statistiques éditoriales
2160 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
5382 aujourd'hui
5508 hier
6219512 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Dossier de L’Eau : on prend les mêmes et on continue !

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #LKP #Dlo Gwadloup / Eau de Guadeloupe
Aucune réaction pour le moment !
 

Dimanche dernier, sur la télé publique, le directeur de la Générale des Eaux a réclamé une augmentation du prix de l’eau pour financer le remplacement des tuyaux pourris. Mais, pas un mot sur les contrats « magouilleux » passés entre les multinationales et les collectivités ; pas un mot sur le détournement de millions d’euros durant des dizaines d’années. En un mot, il faut augmenter le prix de l’eau pour financer la réparation des tuyaux ; somme que les usagers de Guadeloupe ont déjà payé plusieurs fois. Alors , ola lajan la pasé ? Bien évidemment le journaliste n’a pas osé poser cette bonne question.

Le dernier projet du préfet sur le prix unique de l’eau et le syndicat unique de l’eau doit être analysé avec toutes les précautions et la lucidité qui s’impose pou yo pa kouyonné Pép Gwadloup.

Tout d’abord, le prix unique de l’eau n’est pas une demande des élus ni de l’Etat mais bien une revendication forte des usagers de Guadeloupe notamment dans le cadre du protocole LKP du 04 Mars 2009.

MAIS SURTOUT :

- 1) LA MISE EN PLACE D’UN PRIX UNIQUE DE L’EAU SANS METTRE EN REGIE DIRECTE LA GESTION DE L’EAU NE RESOUT EN RIEN LE FOND DU PROBLEME.

- 2) LA TRANSFORMATION DU SIAEG EN STRUCTURE UNIQUE DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION DE L’EAU NE RESOUT PAS NON PLUS LA PWOFITASYON SUR L’EAU.

L’unification du prix de l’eau entrainerait « peut être » une très légère baisse du prix moyen du mètre cube mais elle ne s’attaque pas aucoeur du problème à savoir la mainmise de trois multinationales sur notre eau et les profits exorbitants réalisés par ces derniers sur le dos des Guadeloupéens. CAR : Mettre en place un prix unique, Créer un syndicat unique sans mettre en régie directe la gestion de notre eau revient à pérenniser un système mafieux qui profite aux actionnaires des multinationales et aux élus véreux.

Les multinationales gèrent l’eau pour leurs propres intérêts et ceux des élus et cela en contrepartie du financement d’une campagne électorale, de la construction d’un bâtiment, d’un voyage ou d’une caisse de champagne. Le prix payé par l’usager couvre les frais liés à la production, à l’entretien, à la maintenance des réseaux, à l’investissement, à la distribution, à la qualité et à la rémunération des travailleurs etc…. Alors ! Encore une fois, …..OLA LAJAN A SE TIYO LA PASÉ ?La question gène et les élus refusent d’aborder ce sujet car beaucoup ont mangé et mangent encore dans la bassine. Le coût des travaux est estimé à plus d’un milliard d’euros.

REGLER LE PROBLEME DE LA GESTION DE L’EAU PASSE OBLIGATOIREMENT PAR LA MISE EN PLACE D’UNE GESTION EN REGIE DIRECTE SANS DELEGATION DE SERVICE SANS PRESTATIONS DE SERVICE CONFIEES AUX MULTINATIONALES.

Pénurie, coupure, restriction, qualité douteuse, prix exorbitant, réseau défaillant, prix différents,… sont la conséquence de la pwofitasyon des multinationales qui sévissent dans la production de l’eau en Guadeloupe et cela avec la bénédiction des élus qui tirent profit de ce système.

LKP EXIGE :

- La mise en oeuvre d’un audit indépendant sur le service de l’eau danstoutes les communes de Guadeloupe ;

- La mise en régie directe de la gestion de l’eau pour en finir avec la pwofitasyon et revenir à un prix juste et équitable ;

- L’arrêt de toutes délégations de service public et autres prestations de service public confiées aux opérateurs privés ;

- Le transfert des salariés des opérateurs privés vers les régies ;

- La mise en place d’un nouveau réseau de distribution de l’eau sans augmentation des prix ni des impôts.

GWADLOUPEYEN, DLO LA SÉ TAN NOU !

LKP - Lapwent – 09.11.2015

Publié par le LKP le samedi 14 novembre 2015

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !