Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
dimanche 16 juillet 2017
23h40

Statistiques éditoriales
2160 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
2056 aujourd'hui
5620 hier
6221806 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

27 Mé 2003, nou pa pèd la fwa.

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #Mwa Mé
Aucune réaction pour le moment !
 

Cette année encore, l’UGTG a choisi de suivre la trace des vaillants combattants de mai 1802.
Accompagnés des kanmarad de NONM, nous partîmes du marché de Basse-Terre le 27 mai au matin. Nous étions plus d’une centaine : hommes, femmes, enfants.
Au rythme des vokal de Gaby, " a ti pa tou piti pa nou ka monté mon’ la".

Notre première étape, La Rivière aux Herbes.
Là nos camarades historiens rappelèrent quà cet endroit, les 12-13-14 mai 1802, les forces guadeloupéennes mènent une résistance farouche pour empêcher la progression des troupes du Général RICHEPANCE, chargé de rétablir l’esclavage par Napoléon Bonaparte. Des hommes et des femmes s’illustrent en combattant vaillamment. C’est le troisième point d’immobilisation des troupes françaises entre le 10 et le 12 mai. RICHEPANCE ordonne d’évacuer la ville attestant là de la puissante résistance des Guadeloupéens.

Puis notre marche nous conduisit au Fort DELGRES.
Autrefois appelé fort Saint CHARLES, du nom de son premier propriétaire. A partir du 15 mai 1802, DELGRES et ses compagnons s’y enferment. Le bombardement méthodique du fort par les troupes de RICHEPANCE yant obtenu du secours de l’administration anglaise de l’île de la Dominique par le prêt d’une vingtaine de canons et de pièces d’artillerie force les insurgés à quitter le fort dans la nuit du 22 mai.
Un groupe se dirige vers Pointe à Pitre avec à sa tête IGNACE, un autre vers Matouba, mené par DELGRES. Ils sortent tous par la poterne du Galion dans la nuit du 22 au 23 mai 1802.

Vaillamment, parfois à bout de souffle, poursuivis par un taureau excité par nos drapeaux rouges, nous avons continué à grimper jusqu’à notre troisième étape, le Pont de Nozières.
Ce passage étroit permet d’accéder au haut de Matouba. Les hommes de "Sans-peur" contrôlent la zone afin d’empêcher les troupes françaises d’avancer. La bataille est féroce.

A la stèle de DELGRES, érigée par le maire de Saint Claude en 1948, nous faisons une halte. Puis, tous ensemble, jenn kon vyé, avoté kon matrité, nous arrivons au Gibet de Constantin.
Ce morne a la particularité d’abriter un fromager séculaire d’un diamètre impressionnant. Cet arbre a vu mourir les condamnés de 1802. Les condamnés guadeloupéens exécutés à la batterie républicaine sont exposés jusqu’au pourrissement au morne Constantin.
Non loin du fromager, le gibet qui laissait voir plusieurs potences marque le caractère sacrificiel du lieu.
C’est notre dernière étape. Dans le silence, nous accueillons la parole des historiens afin de nous imprégner un peu plus de notre histoire.
Nous communions ainsi avec nos ancêtres, nous promettant que leur sacrifice ne resterait pas inutile.

A cet endroit, après le recueillement, nous déjeunons. L’effort partagé, l’émotion ressentie au cours de notre cheminement ne nous rendent pas pas triste, loin de là. Nous avions acquis plis fos é détewminasyon pour mener nos luttes de demain.

Publié par Maasaï le mardi 3 juin 2003
Mis à jour le mercredi 23 juillet 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !