Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
dimanche 16 juillet 2017
23h40

Statistiques éditoriales
2160 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
4777 aujourd'hui
5620 hier
6224527 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Le 23 Février 2006 : On sel totoblo an lotel...

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Depuis plus de 20 ans les travailleurs ne cessent d’interpeller l’état, les politiques et les patrons sur la question du développement économique, notamment au niveau de l’industrie du tourisme.

Malgré l’aide financière apportée à l’activité hôtelière afin de favoriser le développement économique et de l’emploi, le constat est tout autre.

En effet, les hôtels Fort-Royal, Tropical Club, Hamak, Plantation Sainte-Marthe, VVF, Domaine de Malendure, Domaine de Petit-Anse, Kaye-la ont tous été liquidés, malgré la défiscalisation, la réduction d’impôt, le non paiement de la taxe de séjour, l’exonération de 100% des cotisations sociales patronales dans la limite de rémunération de 1,5 du Smic, tout cela avec la complicité de l’état, le Médef et des élus guadeloupéens.

Pli lwen, le Callinago, aujourd’hui après avoir bénéficié de plus de 533.000,00 Euros au 15 octobre 2005, fonds attribués par la région Guadeloupe, a été liquidé le 22 décembre 2005 après que Jet Tours ait rompu son contrat d’exclusivité de la commercialisation, le Callinago n’ayant pas réalisé les travaux prévus.

Où sont passés les 533.000,00 Euros ?

- Que sont devenues les sommes destinées à la promotion et les 1,87 millions d’euros de non-paiement des taxes de séjour à reverser aux communes dont ils ont été dispensés ?

- Que faire lorsque tous les hôtels de Guadeloupe sont en voie d’être transformés en Résidences Hôtelières et toutes nos plages privatisées afin de servir les intérêts viciés et vicieux des blancs, béké, et patrons véreux tels les Vial-Collet, Arnoux et compagnie ?

- Quelle doit être notre réaction quand près de 600 salariés sont en situation de précarité (extras) dans les hôtels Club Med, Créole Beach, Manganao, Pierre & Vacances, Arawak alors qu’ils travaillent à plein temps ?

- Comment accepter encore que les fonds de la Région vont être attribués aux hôtels Kalenda, Club Med, Arawak, alors qu’ils prévoient de fermer pour des périodes de 8 à 18 mois en n’assurant le salaire des travailleurs qu’ à hauteur de 80 % et transformer l’hôtel en résidence hôtelière ?

Il n’est pas du tout surprenant d’entendre le pauvre Vion et le lâche et triste Vial-Collet crier sur les toits que si le tourisme ne marche pas c’est la faute des conflits sociaux.

Il n’est pas surprenant que la contestation syndicale soit assimilée au terrorisme et réprimée comme tel. Et les Delavigne, Hayot, Viviès, Vion ne voient plus dans le dynamisme syndical et la revendication salariale que de la subversion devant lesquels ils se sont organisés pour résister.

Dorénavant, travailler dans le Tourisme et l’Hôtellerie sous entend être extras (à 1480 heures), ou intérimaire, comme c’est déjà le cas au Club Med, casino et bien d’autres.

C’est aussi accepter un salaire de smicard (1200 €), être polyvalent et rester subalterne ou en chômage technique. Car le droit à la vie, à des conditions normales de travail, un salaire décent, une formation diplômante gêneraient les plans du colonialisme français, qui n’a qu’un seul objectif, remplacer les guadeloupéens par des blancs européens par le biais de la directive Bolkeinstein.

C’est surtout organiser la transformation des Hôtels en résidence hôtelière avec la privatisation de nos plages et le licenciement programmé de nos camarades comme le prévoit l’Arawak.

C’est confirmer la faillite de toute autorité politique, la fuite de la responsabilité politique, laissant ainsi la politique économique de tout un secteur d’activité aux mains des agoulou gran fal Vion/Vial-Collet qui s’empiffrent des fonds de la promotion à leur profit, et sont incapables de construire "un produit touristique intrinsèquement culturel".

Ou pa ka ba moun fen séparé manjé.

Voilà, camarades, cette logique que nous devons refuser, dénoncer et surtout Kalbandé

KALBANDÉ !

C’est oser revendiquer, oser dire non à toutes les indignités qu’ils voudraient nous imposer et au mépris qu’ils nous affichent. Oser se soutenir mutuellement, oser penser que : Sa ki taw sé taw, touris pé rapoté lontan plis pou nonm é péyi Gwadloup.

SCANDALE !

- Scandaleux, le sort fait aux camarades du Callinago ;

- Scandaleux, les fermetures des hôtels Fort-Royal, Tropical-Club, Hamak, Plantation Sainte-Marthe, V.V.F, Domaine de Malendure, Domaine de Petite Anse et le licenciement de plus de 1200 salariés après s’être gavés de fonds publics ;

- Inquiétante la situation des hôtels Kalenda, Club Med, Arawak, Manganao.

Pour la riposte, dans l’engagement, la solidarité et l’action.

Le Jeudi 23 février 2006, nous tous travailleurs, nous qui faisons leur richesse, qui donnons à d’autres mandat pour nous représenter, protéger nos intérêts et garantir tous nos droits, devant leur mépris, leur arrogance et leur incapacité.

Jeudi 23 février 2006, an nou pran larila.

Tous en grève devant les entreprises.

LAY I PANN I SEK !

UTHTR-UGTG

Le 20 février 2006

Publié par UTHTR - UGTG le lundi 20 février 2006
Mis à jour le samedi 11 octobre 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !