Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 14 décembre 2017
08h21

Statistiques éditoriales
2181 Articles
97 Brèves
27 Site Web
160 Auteurs

Statistiques des visites
3382 aujourd'hui
2650 hier
6765616 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

L’UGTG vue par le site Fwiyapin

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

Le Mercury Day a du plomb dans le fondement. Et c’est tant mieux…

- 22 août 2008 , Ecrit par hervé
- Fwiyapin.fr

Mercury quoi… ?

Oui, Mercury Day. Si vous n’en avez pas entendu parler, ce n’est pas bien grave. Ou bien alors vous étiez en voyage sublunaire, et ainsi, vous ne captiez pas les chaînes locales. En définitive, ça n’a guère d’importance : n’allumez point ce cube maléfique qu’ on appelle télévision, et envoyez votre poste radio derrière votre chenapan de chat qui est en train de fourrer son nez dans votre faitout, et s’apprête à engloutir votre viande roussie. Restez plutôt sur FWIyapin, qui va vous expliquer ce qu’est le Mercury Day, et pourquoi celui-ci a du plomb dans le derrière…

Mercury Day, qu’est-ce que c’est ?

Le Mercury Day n’est - malheureusement - pas l’unique jour de l’année au cours duquel on expédie tous les bwa-kink en orbite autour de la planète Mercure. C’est même le contraire, si l’on peut dire : c’est le jour où tous les bwa-kink se réunissent en orbite pour montrer à quel point ils sont inutiles. A l’origine, il s’agit d’une journée organisée par la SAD (Société Antillaise de Distribution), dont une partie de l’activité est la vente de moteurs de bateaux de la marque Mercury. Han-han, il ne s’agit pas de petits canots de pêcheurs. La manifestation ne concernait, au début, que les propriétaires de bateaux à moteurs de marque Mercury. Au programme, vrombissement d’engins (de toutes sortes, si vous voyez ce que je veux dire…ou pas), musique, jolies donzelles en maillots de bain qui se déhanchent, alcool, fête etc. Mais voilà, pour la troisième édition du Mercury Day organisée à l’îlet Caret l’année dernière, plus de 2500 personnes se sont rassemblées pour fêter ces fabuleux moteurs Mercury (et certainement forniquer), de sorte que ce fut un succès monumental, si l’on en croit les mots du directeur commercial de SAD, le sieur Ludovic Claret ; et que des propriétaires de bateaux écervelés sont venus de toute la Caraibe, et du monde entier pour cette évènement maintenant international. Une belle journée d’amusement pour la jeunesse dorée béké, blanche, métisse, nègre.

Allez, FWIyapinautes, cette vidéo vous met l’eau à la gueule. Vous vous voyez remuer le croupion derrière les damoiselles. Vous vous voyez tâter du pectoral et de l’abdal surdéveloppé. Tous les ingrédients semblent réunis pour vous faire baver, et pour en faire baver les milieux naturels…

Protection de l’environnement et UGTG

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Vous pensez que ces deux mots s’opposent ? alors ouvrez grand vos oreilles : le 1er août dernier, le secrétaire général de l’UGTG (syndicat indépendantiste mangeur d’enfants, écorcheur de chats et violeur de chiens, surtout ceux des békés), envoyait une missive au “gouverneur de la Guadeloupe”

« Monsieur,

Des adeptes du Sea, Sex and Sun organisent le 30 Août prochain, la troisième édition de ce qu’ils nomment : « le Mercury Day » (en hommage aux moteurs mercury) à l’îlet Caret. La lecture du dossier de présentation vaut le détour. Présenté comme « un évènement incontournable de la Caraïbe » , cette fiesta serait la vitrine « de toutes les valeurs qui sont chères à la Guadeloupe : ambiance musicale, joie et bonne humeur, .. ». « Synonyme de mixité raciale et sociale » , il est « attendu de pied ferme aussi bien par les élus que les invités des années précédentes » . Mieux encore, les organisateurs déclarent que l’édition 2008 serait « l’occasion de dévoiler le nouveau visage du Mercury day, en mettant en avant le respect de l’environnement » en alliant « mixité sociale et raciale et protection de l’environnement » . Et de conclure « que la population locale ou touristique que peut accueillir chaque jour notre île est également la bienvenue à cet évènement » . Quelle gentillesse !

Les Guadeloupéens ont en mémoire la fameuse édition 2007 où pas moins de 500 hors bords et plus de 3000 personnes sous l’emprise d’alcool et autres addictions pour la plupart, ont pris d’assaut cet îlet de 200 M2 du Grand cul de sac marin. Même un véhicule 4X4 y avait été transporté.

Pour rappel, l’îlet caret est un site naturel, patrimoine écologique des Guadeloupéens qu’il convient de protéger et d’intégrer au parc national pour garantir sa sauvegarde. La Région y a d’ailleurs consacré 100 000 euros en 2007.

Nous nous rappelons aussi les innombrables interventions des sauveteurs et des pompiers portant secours en mer et à la marina du Gosier aux nombreux participants saouls et pétés.

Contrairement aux dires des promoteurs de cette manifestation, la Mercury Day n’est ni un symbole de mixité raciale et sociale (que l’on ne retrouve guère chez les promoteurs d’ailleurs), ni une vitrine du nautisme, encore moins un vecteur des valeurs de la société Guadeloupéenne.

Vous l’aurez compris, il s’agit purement et simplement d’une immense fête où l’alcool coule à flot, organisée au profit de propriétaires de gros bateaux (singulièrement métropolitains) en quête de sensations et de tentations de tous ordres, combinée à une publicité gratuite grandeur nature pour les moteurs mercury et son représentant local.

Ce type de manifestation ayant pour but de présenter « les îles de Guadeloupe » comme un lieu de villégiature et de plaisirs en tout genre n’a donc en rien pour mission, ni de protéger, ni de valoriser notre environnement mais plutôt d’assurer la promotion d’une certaine Guadeloupe, festive et débauchée. Et ce ne sont sûrement pas là les valeurs que représentent et défendent les Guadeloupéennes et les Guadeloupéens.

Aussi, les autorisations nécessaires à une telle manifestation relevant de votre autorité, nous vous interpellons afin de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour en interdire son organisation. »

Vim ! le tchok est parti ! Sur le papier, les arguments de l’UGTG se valent : le remake de la Baie des Flamboyants ne saurait être une vitrine des valeurs des guadeloupéennes et des guadeloupéens. Il y a bien d’autres aspects à mettre en avant. Et lorsque que les organisateurs du Mercury Day rétorquent que “c’est un événement qui fait vendre la destination Guadeloupe. L’année dernière, la manifestation a fait travailler 176 personnes et 99% des entreprises étaient guadeloupéennes”, un enfant de dix ans peut demander à son tour si les guadeloupéens veulent vendre leur île de cette manière…quant à l’argument économique, que l’on présente un bilan chiffré sur les retombées. Les 176 personnes employées ont-elles été embauchées à plein temps par la SAD ?

Mias l’UGTG ne s’en tirera pas facilement avec FWIyapin, qui est derrière lui comme une balle perdue, car si cette lettre soulève des questions intéressantes, formulées de manière UGTGienne, depuis quand un syndicat s’intéresse-t-il à l’environnement ? ou bien peut-être s’intéresse-t-il aux conditions de travail du personnel jetable employé pour l’occasion ?

Non, l’UGTG défend bel et bien l’environnement ! Le moins que l’on puisse dire c’est que durant les grandes vacances, les syndicalistes s’emmerdent sévèrement, et cherchent une barbe.

Doit-on rappeler combien de pneus l’UGTG a-t-il brulé lors de ces divers blocages et manifestations ? combien de bidons d’huile ont été déversés sur les routes ? On se souviendra aussi des mythiques affrontements à l’usine SARA qui auraient pu déboucher sur une catastrophe majeure. C’est très écologique ça.

Alors oui, il n’est jamais trop tard pour s’amender et se repentir. Attendons avec hâte le prochain conflit pour voir comment va se débarbouiller l’UGTG…

Il serait peut-être temps que les UGTGiens arrêtent leur magies syndicales et fondent un parti politique, proposent un vrai programme économique - basé sur autre chose que “fwansé déwo” - et se soumettent leurs poulains à l’épreuve des urnes. Car si le Mercury n’a rien de bien savant, et que son annulation nous en touche une sans faire bouger l’autre, que propose l’UGTG, que propose le guadeloupéen qui ne se reconnait pas dans ces valeurs ? Qu’ils disent haut et fort de quelle manière ils veulent vendre la Guadeloupe, et qu’ils ne laissent pas le monopole de l’image à une société qui vend des moteurs de bateaux.

En attendant, le Mercury Day prévu le 30 août est en passe d’être annulé, vu que les organisateurs n’ont toujours pas trouvé de site, l’îlet Caret, la plage de Pompière aux Saintes et la baie du Club Med à Sainte-Anne ayant été écartés.

“La Guadeloupe possède de nombreux sites protégés. Et c’est une bonne chose. Nous ne nous positionnons pas comme étant pour ou contre Le Mercury Day. Tout ce que nous voulons, c’est que l’aspect environnemental soit intégré”, a annoncé la Préfecture. Dans le fondement, le moteur…

Publié par Ibuka le vendredi 17 octobre 2008
Mis à jour le samedi 18 octobre 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !