Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 19 octobre 2017
22h10

Statistiques éditoriales
2164 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
6637 aujourd'hui
5663 hier
6506937 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Myriam MAKEBA

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

Biographie

Miriam Zenzi Makeba nait à Johannesburg le 4 mars 1932. Sa mère était une Sangoma de Swazi et son père, qui est mort quand elle avait six ans, était un Xhosa. En accord avec la tradition, son nom contient les prénoms de ses ancêtres masculins suivis d’un ou deux mots de description de leur caractère. Enfant, elle chante pendant huit années à l’institut de formation de Kilmerton à Pretoria.

Makeba commence par voyager avec un groupe amateur. Sa carrière professionnelle commence dans les années 50 avec les Frères de Manhattan, avant qu’elle ne constitue son propre groupe, les Alouettes. Elle chante alors un mélange de Jazz et de mélodies traditionnelles de l’Afrique du Sud.

En 1959, elle chante avec le Groupe King Kong, aux côtés d’Hughe Masekela, son futur mari. Artiste à succès, elle ne reçoit pourtant que quelques dollars pour chaque session d’enregistrement. Elle part alors vivre aux Etats Unis.

La même année, la consécration lui est offerte par un premier rôle tenu dans le documentaire contre l’apartheid, "Come Back Africa".

Makeba entame alors plusieurs tournées qui lui donnent l’occasion de rencontrer Harry Belafonte, qui l’aidera à gagner l’entrée et la renommée aux Etats-Unis.

Elle a libéré plusieurs de ses coups plus célèbres là comprenant Pata Pata, la chanson de clic (Qongqothwane dans le Xhosa), et Malaika. En 1966, Makeba reçu la récompense de Grammy pour le meilleur enregistrement folklorique ainsi que Harry Belafonte pendant une soirée avec Belafonte/Makeba. L’album a traité la situation difficile politique des Africains du sud noirs sous la ségrégation.

Elle a découvert que son passeport sud-africain a été retiré quand elle a essayé de retourner là en 1960 pour l’enterrement de sa mère. En 1963, après le témoignage contre la ségrégation avant les Nations Unies, sa citoyenneté sud-africaine et sa droite de retourner au pays ont été retirées. Elle a eu neuf passeports, [2] et a été accordée la citoyenneté honorifique de dix pays.[3]

Miriam Makeba et Gillespie étourdi de concert (1991). Son mariage à l’activiste trinidadien de droits civiques et le Chef de panthères noires Stokely Carmichael dans 1968 causés la polémique aux Etats-Unis, et ses affaires et excursions record ont été décommandés. En raison de ceci, les couples se sont déplacés à la Guinée, où ils sont devenus étroits avec le Président Ahmed Sékou Touré et son épouse. Makeba a séparé de Carmichael en 1973, et a continué à exécuter principalement en Afrique, en Amérique du Sud et l’Europe. Elle était l’un des amuseurs africains et afro-américains au grondement 1974 dans l’allumette de jungle entre Muhammad Ali et l’agent de maîtrise de George tenu dans Zaïre. Makeba a également servi de délégué guinéen aux Nations Unies, pour lesquelles elle a gagné le prix de paix de Dag Hammarskjöld en 1986.

Après la mort de sa seulement fille Bongi Makeba en 1985, elle s’est déplacée à Bruxelles. En 1987, elle est apparue en excursion de Graceland de Paul Simon. Sous peu ensuite elle a édité son autobiographie Makeba : Mon histoire (ISBN 0-453-00561-6).

Nelson Mandela l’a persuadée de retourner en Afrique du Sud en 1990. En automne de 1991, elle a fait un aspect d’invité dans un épisode de l’exposition de Cosby, intitulé « Olivia sort du cabinet ». En 1992 elle a tenu le premier rôle dans le film Sarafina !, au sujet des soulèvements 1976 de la jeunesse de Soweto, comme la mère du caractère de titre, « Angelina. » Elle a également participé 2002 au documentaire Amandla ! : Une révolution en harmonie à quatre parties où elle et d’autres ont rappelé les jours de la ségrégation.

En janvier 2000, son album, patrie, produite par Cedric Samson et Michael Levinsohn [4] a été nommé pour une récompense de Grammy dans la catégorie de la « meilleure musique du monde » [5]. En 2001 elle a été attribuée la médaille de paix d’Otto Hahn d’or par l’association des Nations Unies de l’Allemagne (DGVN) à Berlin, « pour des services exceptionnels à la paix et à l’arrangement international ». En 2002, elle a partagé le prix polaire de musique avec Sofia Gubaidulina. En 2003, elle a commencé en 2004, Makeba était trente-huitième voté dans les 100 grands Africains du sud principaux. Makeba a commencé une excursion d’adieu mondiale en 2005, tenant des concerts en tout de ces pays qu’elle avait visités pendant sa vie active. [3]

Son publiciste note que Makeba avait souffert « l’arthrite grave » pendant un certain temps.[6]

Elle est morte dans les heures tôt du matin dans Castel Volturno, près de Caserta, Italie, le 10 novembre 2008, d’une crise cardiaque, peu de temps après participer à un concert organisé pour soutenir l’auteur Roberto Saviano dans son stand contre le Camorra, a Mafia-comme l’organisation.[7] [8] [9]

[éditez] des références ^ un b « lettres au rédacteur », temps, 29 février 1960. 10 novembre 2008 accédé. ^ Nkrumah, Gamal (2001-11-17). « Chantez-le fort, le chantent fort ». Al-Ahram hebdomadaire. Recherché sur 2008-09-11. ^ qu’un b « merle Denselow parle au superstar et à l’activiste africains Miriam Makeba », le gardien (le 16 mai 2008). Recherché le 11 septembre 2008. Les retours de Makeba de ^ avec l’ensemble de homeland’ : Putumayo traite la douleur de l’exil, joie de Homecoming | Divertissement et arts > industrie de musique d’AllBusiness.com le ^ quarante-troisième Grammy annuel attribue l’assurance de nominations au divertissement de coup de Digital (2001) le ^ « chanteur sud-africain Miriam Makeba meurt en Italie ». Reuters (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10. le ^ « matrices de Miriam Makeba de chanteur a vieilli 76 ». Nouvelles de BBC (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10. le ^ « chanteur sud-africain Miriam Makeba meurt en Italie », Agence France-Presse (le 10 novembre 2008). Recherché le 10 novembre 2008. le ^ « Miriam Makeba, chanteur et activiste, meurt à 76 ». Pression associée (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10.

[éditez] discographie

[éditez] des albums Miriam Makeba : 1960 Les nombreuses voix de Miriam Makeba : 1960 Le monde de Miriam Makeba : 1962 Makeba : 1963 Makeba chante : 1965 Une soirée avec Belafonte/Makeba (avec Harry Belafonte) : 1965 La chanson de clic : 1965 Tout au sujet de Makeba : 1966 Malaisha : 1966 Miriam Makeba de concert ! : 1967 Pata Pata : 1967 Makeba ! : 1968 La promesse : 1974 Fille de pays : 1975 Pata Pata : 1977 Sangoma : 1988 Welela : 1989 Yeux le demain : 1991 Chantez-moi une chanson : 1993 Une promesse : 1994 Vivez de Paris et de Conakry : 1998 Patrie, 2000 Maintenez-moi dans l’esprit, 2002 Vivez chez Berns Salonger, Stockholm, Suède, 1966:2003 Réflexions, 2004 Makeba pour toujours, 2006 (dernier enregistrement)

[éditez] des compilations La Reine de la musique africaine - 17 grand Songs, 1987 L’Afrique 1960-65 enregistrements, 1991 Yeux Tomorrow, 1991 Le meilleur de Miriam Makeba et les alouettes : 1956 - 1959 enregistrements, 1998 Maman Afrique : le meilleur de Miriam Makeba, 2000 Les années de Guinée, 2001 La collection définitive, 2002 Le meilleur des premières années, 2003

[éditez] voyez également Culture de l’Afrique du Sud Récompenses de Grammy de 1966

[éditez] des notes ^ un b « lettres au rédacteur », temps, 29 février 1960. 10 novembre 2008 accédé. ^ Nkrumah, Gamal (2001-11-17). « Chantez-le fort, le chantent fort ». Al-Ahram hebdomadaire. Recherché sur 2008-09-11. ^ qu’un b « merle Denselow parle au superstar et à l’activiste africains Miriam Makeba », le gardien (le 16 mai 2008). Recherché le 11 septembre 2008. Les retours de Makeba de ^ avec l’ensemble de homeland’ : Putumayo traite la douleur de l’exil, joie de Homecoming | Divertissement et arts > industrie de musique d’AllBusiness.com le ^ quarante-troisième Grammy annuel attribue l’assurance de nominations au divertissement de coup de Digital (2001) le ^ « chanteur sud-africain Miriam Makeba meurt en Italie ». Reuters (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10. le ^ « matrices de Miriam Makeba de chanteur a vieilli 76 ». Nouvelles de BBC (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10. le ^ « chanteur sud-africain Miriam Makeba meurt en Italie », Agence France-Presse (le 10 novembre 2008). Recherché le 10 novembre 2008. le ^ « Miriam Makeba, chanteur et activiste, meurt à 76 ». Pression associée (le 10 novembre 2008). Recherché sur 2008-11-10.

[éditez] des références « BBC - Musique/biographie d’artiste - Miriam Makeba ». Recherché sur 2006-09-15. (Lien cassé au 26 janvier 2007). copiez envoyé à la liste de expédition du chanteur légendaire d’article, les tours 70 de diplomate par James Hall, édité dans le citoyen du Michigan, accédé le 15 septembre 2006 Pareles, Jon (le 8 mars 1988). « Livres des temps ; La vie du chanteur sud-africain : Épreuves et triomphes », les temps de New York. Recherché le 11 septembre 2008. Afropop ! Un guide illustré de la musique africaine contemporaine par Sean Barlow et Eyre de interdire. (Ventes l’août 1995 de livre) ISBN 0785804439, ISBN 978-0785804437

Publié par Ibuka le lundi 10 novembre 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !