Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 14 décembre 2017
08h21

Statistiques éditoriales
2181 Articles
97 Brèves
27 Site Web
160 Auteurs

Statistiques des visites
1551 aujourd'hui
3495 hier
6767280 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

« Au bout du petit matin » du 17 avril 2009, l’hommage à Césaire

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #Solidarités
Aucune réaction pour le moment !
 

« Au bout du petit matin [1]  » du 17 avril 2008, le « nègre fondamental » s’en est allé.

« Au bout du petit matin » du 17 avril 2008, « Papa Sézè » laissait derrière lui des peuples martiniquais, guadeloupéens, guyanais, africains, en « nèg lespwi doubout é vayan », fiers d’avoir le « Discours sur le colonialisme [2]  » comme socle commun de littérature, de culture et de lutte.

Au bout de la journée d’hommage national du 20 Avril 2008, le père de la Négritude a peut-être souri et, de ses petits yeux malicieux, regardé de là-haut comment lui, le fils de couturière et d’un « petit » fonctionnaire, avait réussi à mettre à genoux les symboles de la pwofitasyon et de ce que la France et ses colonies comptent de réactionnaires les plus « essentiels » à la perpétuation du système colonial : Nicolas Sarkozy [3] , Le clan Hayot pour ne citer que les plus symboliques…

Visionnaire aussi, Césaire ? Asiréman... De là-haut, il doit encore en sourire… : neuf mois après ses funérailles nationales, jou pou jou, au bout du petit matin du 20 janvier 2009, la Guadeloupe se levait, tôt suivie de la Martinique pour dire Non à la poursuite moderne d’un système ainsi analysé et dénoncé dans son « Discours » :

[…] « Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale [4] , au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. » [...]

[…] « La colonisation, je le répète, déshumanise l’homme même le plus civilisé ; que l’action coloniale, l’entreprise coloniale, la conquête coloniale, fondée sur le mépris de l’homme indigène et justifiée par ce mé¬pris, tend inévitablement à modifier celui qui l’entreprend ; que le colonisateur, qui, pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter en bête, tend objectivement à se transformer lui-¬même en bête. C’est cette action, ce choc en retour de la colonisation qu’il importait de signaler » […].

Au bout des petits matins du 20 janvier et du 5 février 2009, des milliers de consciences nègres ont fondamentalement suivi le chemin tracé par CESAIRE : signaler au monde entier « ce choc en retour de la colonisation ».

Au bout des petits matins du 2O janvier et du 5 février 2009, des milliers d’âmes négresses, ont hélé leur longue & féconde marche fondatrice contre la pwofitasyon, contre le décervelage… Nouvel élan salvateur vers la liberté.

Au petit matin du 17 avril 2009, nous saurons que durant toutes ces semaines « Notre doctrine, notre idée secrète, c’était : « Nègre, je suis et, nègre, je resterai. [5]  »

Man Jozèf,
Samedi 11 avril 2009

date de l evenement : 17 avril 2009

Publié par Jozèf le vendredi 17 avril 2009

Notes

[1] Extrait du « Cahier de retour au pays natal » - Revue Volontés n° 20 - 1939

[2] « Discours sur le colonialisme » – Editions Réclames - 1950

[3] En 2005, Aimé CESAIRE refuse de recevoir Nicolas SARKOZY, alors ministre de l’Intérieur, en signe de protestation contre la loi affirmant « le rôle positif de la présence française outre-mer ». Il le recevra finalement l’année suivante et lui offrira… le « Discours sur le colonialisme ».

[4] Si tel avait été le préambule de l’Accord Bino, les Yo auraient-ils aussi contesté cet écrit d’Aimé Césaire...

[5] « Nègre je suis, nègre je resterai » - Entretiens avec Françoise VERGES – Editions Albin Michel - 2005. Le « Nous » désigne Aimé CESAIRE et Léopold SEDAR SENGHOR, premier président du Sénégal, rencontré au Lycée Louis-le-Grand.

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !