Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
mardi 22 juillet 2014
00h06

Statistiques éditoriales
1945 Articles
93 Brèves
27 Site Web
132 Auteurs

Statistiques des visites
1249 aujourd'hui
2500 hier
2952021 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Dans la rubrique : Débattre

Dernier ajout : 7 novembre 2011


Les articles associés :


  • Quand le peuple se rebelle, par François Cusset
    Publié par la Rédaction le lundi 7 novembre 2011

    Le peuple, horde ignorante, foule irresponsable : jamais ceux qui choisissent en son nom n’ont eu ainsi au bord des lèvres ces ritournelles démophobes. Le peuple, c’est le populisme du référendum : c’est laisser la rue grecque menacer l’Europe unie. Le peuple, c’est l’intolérance grégaire : s’il vote enfin librement, c’est pour placer les islamistes tunisiens en tête des élections. Ou le peuple, c’est juste l’indignation folklorique : contre-sommet de Nice impuissant à infléchir le G20 de Cannes.

  • Occuper Wall Street, ré-imaginer le monde, par David Graeber
    Publié par la Rédaction le mardi 18 octobre 2011

    Aujourd’hui, nous savons que la crise économique des années 1970 n’a jamais entièrement disparu. Elle a été escamotée par le crédit bon marché et un pillage massif à l’étranger - ce dernier, au nom de la « crise dette du tiers monde ». Mais les pays du Sud ont riposté. Le « mouvement altermondialiste », a finalement été couronné de succès : le FMI a été chassé de l’Asie et de Amérique latine, tout comme il est désormais chassé du Moyen-Orient. A la suite de quoi, la crise de la dette est revenue à domicile, en Europe et en Amérique du Nord, porteuse de méthodes identiques : déclarer l’état la crise financière, nommer des technocrates prétendument neutres pour la gérer, et se livrer ensuite à une orgie de pillage au nom de « l’austérité ».

  • 17 octobre 1961 - 17 octobre 2011 : Mémoire d’un crime d’état oublié Commémoration du massacre, Hommage aux victimes & à F. Fanon
    Publié par la Rédaction le dimanche 16 octobre 2011

    Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire décrété par Maurice Papon, alors préfet de police de Paris. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrêmes des forces de police. Cinquante ans après, la vérité est en marche. Cependant, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées – en particulier la guerre d’Algérie – non plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’État que constitue le 17 octobre 1961. Certains osent encore aujourd’hui continuer à parler des « bienfaits de la colonisation », à célébrer le putsch des généraux à Alger contre la République, et le pouvoir encourage les nostalgiques de l’Algérie française et de l’OAS. La « Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie », dotée de plus de 7 millions d’euros, créée en application de l’article 3 (dont l’abrogation est demandée) de la loi du 23 février 2005 vantant les « aspects positifs de la colonisation », est sous la coupe d’associations nostalgiques qui voudraient pouvoir exiger des historiens qu’ils se plient à la mémoire de certains « témoins ».

  • Grève contre la vie chère : Mayotte à l’heure d’un choix de société
    Publié par la Rédaction le jeudi 13 octobre 2011

    Le mouvement social de ces derniers jours porte en son sein ce paradoxe : l’offre de consommation s’accroit et se diversifie, mais seule une petite frange de la population, titulaire d’un emploi, bénéficie de ces avancées. Pour l’autre partie, la plus importante, il ne reste que le miroir aux alouettes et les phares inaccessibles de l’abondance, ce qui génère frustration et rancœur. La solution politique au problème de la vie chère, en n’appuyant que sur les prix à la baisse, est certes une piste, mais ce n’est valable qu’à court terme. Pour preuve, en mai 2010, la modification de la réglementation fiscale et douanière comme réponse à la vie chère a été plus que compensée par le renforcement des recettes fiscales prélevées sur l’importation des tabacs, alcools, téléphones portables, véhicules de tourisme, constructions préfabriquées, éléments d’installations électriques, éléments réactifs de diagnostic médical, pièces détachées de moteur, navires de plaisance et moteurs de bateaux... Au final, entre baisse et compensation, la manipulation devait permettre à la Collectivité de dégager 2,3 M€ de ressources fiscales supplémentaires au cours de l’exercice 2010. A Mayotte, les prix, qui ont baissé d’un côté, ont augmenté de l’autre.

  • Motion des personnels (IUFM - Guadeloupe) : « Quelle indignité ! » Concours Professorat des écoles : La vérité sur les postes de Créole
    Publié par la Rédaction le mercredi 12 octobre 2011

    Dans les colonies aussi, tout est lié... Interdiction de s’exprimer en créole au tribunal en septembre 2010. Rentrée universitaire 2011-2012, aucun poste de Créole au concours de Professorat des écoles en Guadeloupe. Décision prise en catimini, sans l’ombre d’une concertation ou d’une annonce préalable. Les étudiants régulièrement inscrits au concours PE créole ne l’ont su que le jour de la rentrée à l’IUFM de Guadeloupe. Rectorat et Ministère se retranchent derrière leur respect du droit. Il est vrai qu’en tant que telles, au sein d’une démocratie moderne, ces instances ne sont sans doute pas tenues de s’expliquer. Et tant pis si leurs décisions compromettent la carrière de nos étudiants, mais aussi tout un pan de l’éducation de nos élèves.

  • « Sucre amer ». Par D. I. Zandwonis, sur le silence des politiques
    Publié par la Rédaction le mercredi 12 octobre 2011

    Quand une békée raciste dérape : silence radio. Quand on annonce la suppression du capes créole, a pa pwoblèm a yo ! L’obésité des enfants et des femmes ? Peaux de bananes politiques ! Les prix flambent dans les hypermarchés, l’emploi devient une denrée rarissime ? Qui dit mot ? Et ces politiques voudraient qu’aux prochaines présidentielles françaises, notre peuple se sente concerné ? Mais qui est concerné par ce peuple ?

  • La gauche française & le colonialisme : « Une honte ». De R. Louzon
    Publié par la Rédaction le vendredi 7 octobre 2011

    Robert Louzon : « Il n’y a pas d’équivalence entre le nationalisme d’un peuple oppresseur dont le nationalisme consiste à opprimer un autre peuple, et le nationalisme d’un peuple opprimé dont le nationalisme ne tend qu’à se débarrasser du peuple oppresseur. C’était vrai en Algérie et au Vietnam... » ... « cela reste vrai en Irak et en Afghanistan. »

  • La guerre coloniale du Cameroun a bien eu lieu.
    Publié par la Rédaction le mercredi 5 octobre 2011

    Dénoncée depuis des décennies et aujourd’hui largement documentée, cette guerre reste un tabou français. Le mot lui-même, pourtant utilisé à l’époque par les militaires pour décrire leur action, est banni du vocabulaire officiel, qui ne retient que les mots de "troubles", d’"émeutes", de "guerre civile" et, parfois, d’affrontements "ethniques". En 1972, la France de Pompidou interdisait Main basse sur le Cameroun (éd. Maspero), l’essai de l’écrivain camerounais Mongo Beti, qui dénonçait déjà ces atrocités et la responsabilité de Paris.

  • Le « racisme anti-blanc », arme stratégique de la contre-révolution coloniale. Par Faysal Riad, sur le procès de Houria Bouteldja (P.I.R)
    Publié par la Rédaction le mercredi 5 octobre 2011

    Une Indigène ? Raciste ? Anti-blanc ? C’est l’angle d’attaque choisi par certains pour s’en prendre à Houria Bouteldja. A priori, pour un esprit naïf, ça pourrait ne pas sembler impossible... Mais lorsqu’on y réfléchit deux minutes, on se rend compte assez facilement de l’énorme escroquerie de ce concept de « racisme anti-blanc ». Après avoir ignoré puis nié les discriminations racistes, les dominants en sont maintenant à la phase de la dénégation...

  • Dans la nuit du 14 au 15 août 1791, Le Serment du Bwa Kay Man
    Publié par la Rédaction le dimanche 14 août 2011

    Le serment du Bwa Kay Man, dans la nuit du 14 au 15 août 1791 dans la colonie Saint Domingue, nous ramène à l’anniversaire d’un fait fondamental pour nos existences en tant que peuples et nations américaines caribéennes. Le serment du Bwa Kay Man déboucha sur l’un des moments les plus déchaînés de l’histoire mondiale des révolutions anti-esclavagistes : la guerre d’Indépendance et la fondation de l’Etat d’Haïti.

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !