Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 24 juillet 2014
11h51

Statistiques éditoriales
1946 Articles
93 Brèves
27 Site Web
132 Auteurs

Statistiques des visites
475 aujourd'hui
1997 hier
2967620 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Déclaration de L’UGTG à propos du PRDF

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l article par mail

Aucune réaction pour le moment !
 

En 2005, la Collectivité régionale lançait pour la première fois en Guadeloupe le processus devant conduire à l’élaboration d’un Programme Régional de Formation Professionnelle (PRDF) pour la période 2006-2010.

Sollicitée par un dénommé GUILLEN, qui s’est présenté comme étant le Consultant chargé de conduire ce projet, pour exprimer sa position sur les questions liées à la formation professionnelle des Guadeloupéens, L’UGTG a répondu favorablement et l’a rencontré au local de la Centrale.


A cette occasion les responsables présents ont, en introduction :

- Indiqué l’intérêt prononcé de L’UGTG pour cette question et porté à sa connaissance ses nombreuses prises de position, notamment sa récente résolution sur l’Emploi et la Formation adoptée au Congrès de février 2005.

- Rappelé l’engagement constant des différentes unions et sections dans la lutte pour le droit à la formation des chômeurs et travailleurs de Guadeloupe (UTC, UTS, ANPE, Chambre des Métiers…).

- Protesté contre le fait que l’élaboration du PRDF de Guadeloupe soit confiée à un Organisme situé en France, OBEA, non implanté en Guadeloupe, ignorant de ce fait tout des problématiques et des enjeux de la formation professionnelle en Guadeloupe.

- Exposé brièvement leur doute que le consultant à qui cette mission essentielle au développement des Hommes et des Femmes de ce Pays puisse, seul, venant de Saint –Martin, dépourvu de la moindre expérience similaire, pas plus diplômé qu’un autre, mener à bien une tâche aussi lourde et une mission aussi fondamentale.

- Souligné qu’aucune grille d’entretien, aucun questionnaire, aucune indication sur la méthodologie retenue ne nous avait été fourni. Et que c’est muni d’un simple bloc notes en mauvais état que l’entretien allait être mené : questionnement, écoute, prise de notes…

- Exprimé l’étonnement que le processus d’élaboration du PRDF soit enclenché avant celui du SRDE. Comment, en effet prévoir et programmer des orientations quinquennales en matière de formation professionnelle sans boussole, en amont du SRDE ?

Durant les deux heures d’entretien qui ont suivi, les intervenants répondant avec précision aux questions ont rappelé que nos positions avaient pour point de départ le contexte et le constat suivants :

- Un taux de chômage de plus de 30% ; dont 50% de chômage de longue durée ;

- 82% des inscrits à L’ANPE ayant au plus un niveau CAP-BEP ou dépourvus de qualification ;

- Un désengagement général de L’ETAT avec le transfert de la compétence aux Régions ;

- Les faiblesses des dispositifs de formation ne pouvant offrir pour l’essentiel que des actions de formations de bas niveau ou dans des filières déjà sur-saturées ;

- L’absence de tout Programme Régional de formation depuis 2002 ;

- L’opacité de toujours sur les circuits, sur les critères et sur les conditions d’attribution de l’aide régionale individuelle à la formation ;

- Les conditions draconiennes et la lourdeur des procédures imposées par les ASSEDIC pour espérer bénéficier d’un financement partiel ;

- L’absence de la moindre coordination entre les différents acteurs institutionnels (REGION – ANPE – ASSEDIC) ; avec pour conséquence une situation comparable à celle existant en matière de Transport public : pas de formations disponibles ni même prévisibles pendant des mois, parfois pendant plus de deux ans ; et puis subitement un afflux de formations parfois concurrentes à démarrer de toute urgence.

- Le délabrement et le dénuement des appareils « publics » de formation : AFPA, CFA, et à un degré moindre les GRETA.

- Impossibilité de construire des parcours de formation (pré-qualification, qualification, perfectionnement) ;

- L’incapacité de L’ANPE Guadeloupe à s’engager dans un partenariat ;

- Le faible intérêt des entreprises autres qu’artisanales pour les dispositifs de formation en alternance. Hier le Contrat de qualification ; aujourd’hui, le contrat de professionnalisation.

- La concentration de l’appareil de formation, en particulier les centres les plus spécialisés, dans la conurbation Abymes – P. à P. – Baie-mahault ; alors qu’aucun dispositif visant à faciliter la mobilité des chômeurs originaires des autres communes n’existe.

En conclusion nous avons estimé que cette situation était la conséquence de l’absence de toute politique régionale de formation professionnelle en Guadeloupe (preuve du désintérêt du Politique pour cette question essentielle), d’une part ; et aussi la conséquence de l’absence d’un quelconque partenariat entre les différents acteurs de la Formation (D.T.E.F.P ; ANPE ; ADI ; ASSEDIC ; MISSION LOCALE ; REGION…).

Pour finir, nous avons affirmé qu’il appartenait au Conseil Régional de Guadeloupe et aux autres acteurs d’y mettre un terme car la formation des Hommes et des Femmes de ce pays est le préalable à tout Développement.

Dans la troisième partie de l’entretien, le consultant mandaté par le Conseil Régional nous a sollicité pour recueillir les grandes lignes des orientations que nous défendons et des propositions de nôtre Organisation syndicale.

Nous avons alors exposé brièvement les points suivants :

- 1. Nécessité d’élaborer des projections à moyen et long terme, selon les secteurs d’activité pour évaluer les besoins des entreprises publiques, privées, des collectivités territoriales. Choix d’un seul organisme (ou instance regroupant différents partenaires) qui compilerait les informations et données récoltées (ANPE, DTEFP, Assedic, ARH, Entreprises,…).

- 2. Organisation de séminaires de travail avec des représentants de chaque acteur de la formation autour des résultats de l’enquête.

- 3. Nécessité d’associer les Guadeloupéens à un vaste débat sur la Formation Professionnelle.

- 4. Elaboration et suivi du PRDF en concertation et en partenariat avec le SPE.

- 5. Réalisation des PRF annuels avec la participation des autres acteurs, dont ceux du Service Public .

- 6. Information (disponibilité) sur l’offre de formation régionale actualisée.

- 7. Mise en place d’une aide à la mobilité pour les chômeurs désirant suivre une formation.

- 8. Nécessité d’un partenariat stratégique et d’une coordination de la politique régionale de Formation Professionnelle avec l’ensemble des acteurs.

Notre interlocuteur nous a en fin d’échange fourni des indications sur la méthodologie retenue et les différentes étapes qu’il suivait.

Il lui a été indiqué que les représentants de L’UGTG présents dans les différents secteurs d’activité (Santé, Formation Professionnelle en continue ou en alternance, Emploi, Socio – éducatif, Collectivités territoriales…) et dans les différentes instances consultatives (UAG, CESR…) continueraient à se mobiliser et à s’investir pour faire avancer nos revendications sur ce thème.

Les représentants de L’UGTG au CESR ont pu se procurer la production finale qui devait être soumis à l’approbation des élus régionaux et devenir, in fine, le PRDF de Guadeloupe. Le document que nous avons obtenu confirme les réserves et les craintes exprimées plus haut.

Alors que le consultant se devait de rendre compte des entretiens menés auprès des différents acteurs, on constate qu’aucun des documents ne mentionne ni ne rend compte des entretiens avec les organisations syndicales.

De même, aucun des documents ne rend compte ni ne mentionne le point de vue des salariés.

A la place un document intitulé « Analyse des entretiens réalisés auprès des grandes entreprises » laisse libre cours aux stéréotypes, clichés et propos discriminatoires voire racistes.

Le tout se passerait, presque, de commentaires.


Publié par la Centrale UGTG le mardi 26 septembre 2006
Mis à jour le mercredi 2 juillet 2008

Téléchargez les documents joints à l'article

Analyse des entretiens réalisés auprès des grandes entreprises.pdf
 
Fichier de type PDF
Poids : 88.2 ko
 

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !