Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 11 décembre 2014
12h07

Statistiques éditoriales
1977 Articles
96 Brèves
27 Site Web
146 Auteurs

Statistiques des visites
1485 aujourd'hui
3647 hier
3340433 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

« Sucre amer ». Par D. I. Zandwonis, sur le silence des politiques

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l article par mail
Mots-clés : #Racisme #Justice coloniale
Aucune réaction pour le moment !
 
Pourquoi n’a t on pas entendu Victorin Lurel, les frères Jacques (Bangou, Cornano, Gillot), Félix Desplan, René Noël, Max Mathisain, Lucette Michaux Chevry, sa fille, la ministresse des colonies, bref tous les poids « lourds » de la politique guadeloupéenne élever le voix, pour condamner le comportement et les propos racistes d’une békée, qu’on s’évertue à vouloir faire passer pour folle ?

Pourquoi quand en 2009, Elie Domota déclare : : « qu’il ne laisserait pas une bande de békés rétablir l’esclavage en Guadeloupe », le Procureur de la République française de l’époque, un certain Jean-Michel Prêtre, avait immédiatement brandi la menace d’une inculpation pour « incitation à la haine raciale » ?

Deux ans et demie après, le nouveau procureur, qui a remplacé l’ancien, veut donner le change et l’illusion d’une justice sous les cocotiers. Il pond alors un communiqué de 8 lignes pour essayer de calmer les esprits. Il nous dit : « après les violences volontaires et injures à caractère raciste dont ont été victimes (des pompiers et des gendarmes noirs, NDLR) le 2 octobre…(....) une enquête judiciaire confiée à la gendarmerie suit son cours… » etc. Bref on a compris : la békée raciste ne sera pas inquiétée. Et outre LKP et les organisations patriotiques, personne ne dit mot. Il ne s’est rien passé !

C’est pour cela que j’interpelle avec une lourde insistance, les hommes politiques de ce pays. Car de leur silence, ils se font les complices objectifs de tels dérapages.

Car enfin Messieurs et dames, vous le savez la Guadeloupe est toujours une poudrière, plus de deux ans, après les mouvements sociaux de 2009, qui ont juste un peu ébranlé le système, absolument rien n’est réglé. Le pays va de mal en pis.

Vous croyez que les petits arrangements entre copains, qui ont permis l’élection de 3 sénateurs de la gauche conservatrice soient de nature à changer notre quotidien amer ?

Observons le paysage. Victorin Lurel s’est démené comme un diable dans toutes les dernières colonies françaises, y compris à Mayotte, (qui n’a pas voté !!) pour assurer à son patron le candidat François Hollande un score honorable aux primaires des socialistes français. Hélas pour Lurel, les résultats chiffrés sont, somme toute, bien maigres ! C’est quoi 62 % de 5 000 votants ? On saura d’ailleurs au second tour, si Lurel a cette fois au moins misé sur le bon cheval, car si Martine Aubry coiffait Hollande sur le fil, hum ! Allez on préfère refermer la page du scénario catastrophe.

Lurel encore lui, se bat aussi à l’Assemblée Nationale française contre le lobby des industries alimentaires, le Député de la 4e circonscription (qu’on dit convoitée par la ministresse des colonies) voudrait que les yaourts et autres sodas consommés dans les colonies françaises soient moins sucrés ! Il a raison. Derrière ce projet de loi se profile la lutte contre l’obésité de nos enfants. Nous sommes donc tous concernés ! Mais manque de bol, le projet est bloqué. Lurel dit que MLP s’y est opposée pour des raisons bassement politiciennes. Comprendre que la ministresse ne voudrait pas que le nom de son futur rival (de la 4e circonscription) soit associé à une telle loi ! En résumé : « nos » politiques, sénateurs, députés ou ministre, se livrent a des petits et mesquins combats singuliers, mais se détournent complètement des problèmes essentiels et récurrents de ce pays : L’emploi, l’éducation, la santé ; le développement économique...

Quand une békée raciste dérape : silence radio. Quand on annonce la suppression du capes créole, a pa pwoblèm a yo ! L’obésité des enfants et des femmes ? Peaux de bananes politiques ! Les prix flambent dans les hypermarchés, l’emploi devient une denrée rarissime ? Qui dit mot ?

Et ces politiques voudraient qu’aux prochaines présidentielles françaises, notre peuple se sente concerné ?

Mais qui est concerné par ce peuple ?

Par Danik I. Zandwonis

Source : Caraib Creole News

date de l evenement : 14 octobre 2011

Publié par la Rédaction le mercredi 12 octobre 2011

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !