Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
lundi 11 décembre 2017
20h23

Statistiques éditoriales
2180 Articles
97 Brèves
27 Site Web
160 Auteurs

Statistiques des visites
1082 aujourd'hui
2650 hier
6763316 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

20 Mai 2011 UGTG an tribinal a Yo : Sendikalis pa kriminel !

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #Justice coloniale
Aucune réaction pour le moment !
 

20 MAI 2011

UGTG AN TRIBINAL A YO

SENDIKALIS PA KRIMINÈL !

C’est donc an plen Mwa Mé, Mwa Mémwa que l’Etat colonial Français a choisi de s’en prendre aux dirigeants et militants de l’UGTG en déterrant une affaire vieille de près de 10 ans. Michel MADASSAMY, Gabriel BOURGUIGNON et Fred LOUISE se retrouveront douvan tribinal a yo lapwent le 20 mai 2011 à 14 heures.

Sonjé sa ki pasé :

Septembre 2002 : quatre salariés d’une station-service Texaco, confrontés à la succession des liquidations et des gérants défaillants, décident de prendre en mains leur avenir et créent alors une SARL afin de reprendre la station service. Le 16 septembre 2002 : les chauffeurs des camions citernes du Groupe Texaco, entrent en grève pour défendre le droit pour les travailleurs de reprendre leur outil de travail et de créer des emplois. Le 26 septembre 2002, alors que l’on s’achemine vers la signature d’un accord prévoyant notamment la cession de la location gérance aux quatre salariés et le parrainage de la société Crom Distribution par un gérant du réseau Texaco (M.BISASEM), le P.D.G. de Texaco, M. LAROQUE, revient sur son engagement.

Au mépris de la loi et en toute impunité, Texaco reprend le transport de ces produits avec le concours des forces de police et de gendarmerie fournis par le préfet. Malgré l’intervention de l’inspecteur du travail (M BONNAFOUS), Texaco embauche des intérimaires, licencie les chauffeurs grévistes et constitue une milice armée pour briser la grève. Les travailleurs grévistes intentent alors une action en référé pour dénoncer ces infractions et exiger le respect du Code du Travail. Résultat : l’affaire est programmée par le Parquet pour... juin 2003 soit 9 mois plus tard.

Le 14 novembre 2002, plus de 500 manifestants organisent un sitting pacifique à la SARA, comme l’avaient fait avant eux les patrons de la banane, et cela afin d’apporter leur soutien aux travailleurs grévistes et dénoncer la complicité active de l’État français avec la Multinationale Texaco qui, depuis le début du conflit multiplie délits et violations des lois sociales en toute impunité. Les manblo, commandés par le sous préfet Lelay, chargent sauvagement les manifestants. Plusieurs militants se font traiter de sales nègres et sont sauvagement tabassés à coups de matraques, à coup de poings, à coups de pieds avant d’être menottés.

Fred LOUISE, militant de l’ULTP-UGTG, est dans un tel état (bras cassé, doigts cassés, fracture des planchers des yeux suite aux multiples coups de pieds...) qu’il est « abandonné » au Centre Hospitalier de Basse-Terre par les manblo suite à son évanouissement durant son interrogatoire. Transféré à la Polyclinique de Pointe-à-pitre, Fred livre en exclusivité à La Une Guadeloupe le calvaire qu’il a vécu sous les yeux du sous-préfet LELAY à la gendarmerie de Miquel. Menotté dans le dos, couché sur le sol, il s’adresse alors au sous-préfet : « Suis-je français ou esclave pour être traité de la sorte ? ». Durant l’interrogatoire, le sous préfet Lelay demande alors aux gendarmes de le mettre assis ; l’un deux répond : «  Tais-toi, c’est nous qui commandons ici, il doit rester par terre, c’est sa place  ». Le sous préfet se contente de baisser la tête... – Notre camarade est mis en examen pour rébellion et destruction de biens d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes.

Gabriel BOURGUIGNON, Dirigeant de la Centrale Syndicale U.G.T.G., revenu seul pour porter secours à son camarade Fred LOUISE subit le même assaut que ce dernier : insultes racistes, coups de bottes, coups de poings, coups de matraques provoquant notamment de graves lésions à l’oreille droite et à l’œil, et une centaine de micro fracturesalors qu’il n’opposait aucune résistance.

Gabriel est transféré à la gendarmerie de Saint-Claude dans le plus grand secret. Le droit de communiquer avec son avocat dès la première heure de garde à vue, lui est refusé. Pire encore, le lendemain, Maître TACITA, doit faire preuve de beaucoup d’audace et de témérité pour arriver à voir son client car aucun gendarme n’est en mesure de lui dire où il se trouve. Il réussit à le voir enfin et découvre Gabriel placé dans une chambre de sûreté dans des conditions d’hygiène indignes, encore vêtu des mêmes linges qu’il portait la veille, vêtements devenus sales et nauséabonds par les actes de torture qu’il avait subi.

Après 48 heures de garde à vue, il est mis en examen pour rébellion en réunion, et tentative de destruction d’un bien par incendie. Il est incarcéré le samedi 16 novembre 2002 en violation des dispositions de l’article 6-1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Il sera libéré après un mois d’incarcération contre le versement d’une caution de 100000 Francs.

Il s’ensuit alors une campagne de presse mensongère où successivement, préfet, patrons, élus, et journalistes en quête de sensationnel.... tentent de diaboliser l’U.G.T.G. et s’efforcent de forger une opinion publique pour faire croire que Gabriel BOURGUIGNON voulait mettre le feu aux installations pétrolières et tout faire sauter. Le procureur de la république dira même sur Télé Guadeloupe, qu’il était en possession d’un briquet et qu’il s’était rebellé lors de son arrestation, pour tenter de justifier la férocité des gendarmes. Et pourtant, il a été appréhendé et copieusement tabassé sans opposer aucune résistance (comme le prouvent les images diffusées à la télévision) avec ses clefs, son portable éteint, sa casquette et rien d’autres sur lui, ni autour de lui.

Michel MADASSAMY, militant de l’UTPP-UGTG est mis en examen pour violence aggravée. Il est accusé d’avoir blessé 16 Gendarmes ce jour là. Incroyable !

Gabriel BOURGUIGNON, Michel MADASSAMY et Fred LOUISE comparaissent devant leur tribunal ; leur seul crime : Militer au sein d’une Organisation Syndicale luttant pour le respect du droit du travail, pour la dignité du Peuple Guadeloupéen, pour la transformation des rapports sociaux, l’abolition de la domination coloniale et de l’exploitation capitaliste an Péyi annou .

La justice française poursuit une véritable vendetta contre le Mouvement Ouvrier Guadeloupéen et singulièrement contre les militants de l’UGTG. Ce sont plus de 30 dirigeants et militants de l’UGTG qui sont poursuivis ou condamnés par la justice coloniale française. Depuis plusieurs mois, l’appareil répressif de l’Etat français a décidé d’éliminer toutes contestations sociales en Guadeloupe : convocations et procès remettant en cause les libertés fondamentales et singulièrement le droit de revendiquer et de se battre pour ses revendications, se multiplient ; gardes à vue, amendes, peines de prison ferme, peines de prison avec sursis, … se succèdent. L’objectifest de terroriser les travailleurs, faire peur à ceux qui osent dire PWOFITASYON AWA , TÈS ADN AWA, SENDIKALIS PA KRIMINÈL , condamner tous ceux qui osent lever la tête, discréditer et criminaliser l’action syndicale et surtout refuser d’honorer les engagements contenus dans les accords du 26 février et 04 mars 2009 signés avec LKP.

NON NOU PÉKÉ FÈ DÈYÈ, NOU SÉ PITIT A KONBATAN !!

Woulo pou tout travayè an lit : SGB, Méri Lansbètran, Transpòtè kanmiyon, Pòlanplwa… Sé lyannaj a Travayè é Pèp, Ansanm Ansanm, Doubout an lari-la, an balan, an konsyans, ké déchouké tout pwofitasyon é konstwi on dòt Gwadloup.

L’UGTG appelle ses militants et adhérents, les Travailleurs à se mobiliser le Vendredi 20 Mai dès 14H00 devant le tribunal de Pointe-à-Pitre pour dire :

NON À LA RÉPRESSION – SENDIKALIS PA KRIMINÈL !

PARTICIPONS MASSIVEMENT AUX MEETINGS D’INFORMATION :

Mardi 17 Mai et Vendredi 20 Mai 2011 à 19H00 douvan bik-la

NON A LA RÉPRESSION

NON AU MÉPRIS

Lapwent 06/05/2011 - UGTG

TRAVAYÈ É PÈP GWADLOUP DOUBOUT

date de l evenement : 20 mai 2011

Publié par la Centrale UGTG le jeudi 19 mai 2011
Mis à jour le mardi 31 mai 2011

Téléchargez les documents joints à l'article

 
Fichier de type Word
Poids : 173 ko
 

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

D'autres articles sur le theme Répression

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !