Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
dimanche 16 décembre 2018
20h36

Statistiques éditoriales
2247 Articles
103 Brèves
27 Site Web
162 Auteurs

Statistiques des visites
733 aujourd'hui
600 hier
7756081 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elections CESR, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Kanaky, Kolèktif Bastè kon (...), L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Rapatriement de la, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, TCSV/décès camarade (...), Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTPP-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Gwadloupéyen pa tèbè !

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF


Aucune réaction pour le moment !
 


La Guadeloupe, aujourd’hui, c’est 54000 chômeurs dont plus de 75% ont un niveau inférieur au bac.

La relation entre qualification, formation, et emploi est claire. La règle est simple : pas de formation, pas de qualification, pas d’emploi, donc chômage.

D’autres, « chanceux », ceux-là, se voient offrir un emploi précaire à travers un contrat emploi solidarité (CES), un contrat d’avenir ou sont condamnés à jobber, tout cela sans avenir.

Nous sommes donc dans un schéma macabre, véritable cycle infernal, qui conduit inexorablement le jeune Guadeloupéen à l’exclusion :

Exclusion du savoir -> Exclusion du travail -> Exclusion sociale.

Voilà la situation dans laquelle se trouvent ces milliers de chômeurs, sans qualification, sans formation ; contraints à grossir le lot des allocataires du RMI ou a ba lari chenn, penn sièl, se faisant traiter de fainéant (si ou pa ka travay, sé fòt aw) avant de basculer dans la délinquance, la déchéance…

Et après, d’aucun s’étonnera, s’alarmera de l’augmentation de la délinquance, du nombre de jeunes filles mères, du nombre de jeunes touchés par le crack, le sida et toutes les autres déviances, sans perspective, qui courent les rues, les cités, les écoles, ….du péyi Gwadloup.

Et pourtant, depuis janvier 2005, la formation professionnelle relève des compétences du Conseil Régional. Ainsi, les stages d’accès à l’entreprise (SAE) et autres stages d’insertion et de formation à l’emploi (SIFE), jusque là gérés par l’ANPE et la DDTEFP, ont définitivement disparus.

L’ASSEDIC, quant à elle, n’hésite pas à exclure les chômeurs des formations qu’elle met en œuvre dès lors que leurs indemnisations ne couvrent pas la durée totale de la formation.
Et pour finir, l’Etat propose de nouvelles sanctions dans le cadre du contrôle de la recherche d’emploi.

Alors, que font ceux qui ont en charge la formation et l’insertion professionnelle des chômeurs de Guadeloupe ? S’il y avait la volonté de réduire le Guadeloupéen à l’état de mendiant dans son propre pays, on ne s’y prendrait pas autrement. Le Guadeloupéen est donc aujourd’hui, la victime d’une discrimination organisée ayant pour effet son exclusion pure et simple du marché du travail alors que d’autres, les Européens notamment, n’ont guère de difficultés à s’insérer.

Travailleurs, Chômeurs, Jeunes de Guadeloupe, nous ne pouvons tolérer plus longtemps ce mépris qui nous conduit à la zombification, au démounaj de l’Homme Guadeloupéen.

Exigeons une offre de formations qualifiantes et diplômantes dans des filières créatrices d’emploi au profit des chômeurs de Guadeloupe.

Pointe-à-pitre, le 04.10.05
Konsey sendikal UGTG-ANPE

Publié par Secteur Emploi - Formation le mardi 4 octobre 2005
Mis à jour le vendredi 20 juin 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !