Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 14 décembre 2017
08h21

Statistiques éditoriales
2181 Articles
97 Brèves
27 Site Web
160 Auteurs

Statistiques des visites
3408 aujourd'hui
2650 hier
6765642 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Les fondateurs de Rothschild et Freshfields liés à l’esclavage

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Enquête & révélations du Financial Times



Aucune réaction pour le moment !
 

Rothschild and Freshfields founders linked to slavery

By Carola Hoyos

Published : June 26 2009

Two of the biggest names in the City of London had previously undisclosed links to slavery in the British colonies, documents seen by the Financial Times have revealed.

Nathan Mayer Rothschild, the banking family’s 19th-century patriarch, and James William Freshfield, founder of Freshfields, the top City law firm, benefited financially from slavery, records from the National Archives show, even though both have often been portrayed as opponents of slavery.

Far from being a matter of distant history, slavery remains a highly contentious issue in the US, where Rothschild and Freshfields are both active.

Companies alleged to have links to past slave injustices have come under pressure to make restitution.

JPMorgan, the investment bank, set up a $5m scholarship fund for black students studying in Louisiana after apologising in 2005 for the company’s historic links to slavery.

The archival documents have already prompted one of the banks named in the records to take action in the US.

When the FT approached Royal Bank of Scotland with information about its predecessor’s links with slavery, the bank researched the claim, updated its own archives and amended the disclosures of past slave connections that it had previously lodged with the Chicago authorities.

But it is the disclosures about Mr Rothschild and Mr Freshfield that are likely to prompt the biggest stir.

In the case of Mr Rothschild, the documents reveal for the first time that he made personal gains by using slaves as collateral in banking dealings with a slave owner.

This will surprise those familiar with his role in organising the loan that funded the UK government’s bail-out of British slave owners when colonial slavery was abolished in the 1830s. It was the biggest bail-out of an industry as a percentage of annual government expenditure – dwarfing last year’s rescue of the banking sector.

The chief archivist of the Rothschild family papers, Melanie Aspey, reacted with disbelief when first told of the contents of the records, saying she had never seen such links before.

Niall Ferguson, Laurence A.Tisch professor of history at Harvard and author ofThe World’s Banker : A History of the House of Rothschild, said the documents showed “how pervasive slavery was in the structure of British wealth in 1830”.

In Mr Freshfield’s case, the records reveal that he and his sons had several slave-owner clients, mostly based in the Caribbean. The lawyers acted as trustees of the owners’ estates and in one case tried to claim unpaid legal fees for the firm through the government scheme set up to compensate owners after abolition.

Nick Draper, a University College London academic who examined the documents, which will now form the basis of a comprehensive British slavery database at UCL, said the records would hopefully promote a better understanding of of the significance of slavery in Britain.

“We need to fill the gaps between those who deny slavery’s role and those who believe Britain was built entirely on the blood of slaves,” he said.

Both Rothschild, the bank, and Freshfields Bruckhaus Deringer were quick to point to their predecessors’ anti-slavery credentials.

Rothschild said Nathan Mayer Rothschild had been a prominent civil liberties campaigner with many like-minded associates and “against this background, these allegations appear inconsistent and misrepresent the ethos of the man and his business”.

Freshfields said James William Freshfield was an active member of the Church Missionary Society, “which was committed to ... the abolition of the slave trade”.

Apologies and acknowledgements

Several institutions have apologised for, or acknowledged, their links to slavery including :

● In March 2002, Deadria C. Farmer-Paellmann, a lawyer and activist, launched an unsuccessful legal action against Aetna , a healthcare benefits company, and others for unjust enrichment through slavery. Legislation in California and Illinois prompted several companies to research their past and some to apologise and make atonement gestures.

● In mid-2000 Aetna, prompted by Ms Farmer-Paellmann, was one of the first to apologise for insurance policies written on slaves 140 years earlier.

● In 2002, New York Life, the insurer, donated documents about the insurance it sold to slave owners in the 1840s to a New York library. It also backed educational efforts.

● In 2005 JPMorgan, the investment bank, apologised that two of its predecessors in Louisiana – Citizens Bank and Canal Bank – had mortgaged slaves. The bank made its research public and set up a $5m scholarship fund for African- American pupils.

● Lehman Brothers apologised in 2005 for its predecessors’ links to slavery, while Bank of America said it regretted any actions its predecessors might have taken to support or tolerate slavery.

Wachovia Bank, since acquired by Wells Fargo, also apologised for its predecessors having owned and profited from slaves. It set up a programme offering $1bn in loans for black car dealerships.

● In October 2001 students at Yale University pointed out its past links with slavery. The university noted it had already founded the Gilder-Lehrman centre for the study of slavery.

Brown University has set up a commission to look into links with slavery and how it should make amends.

● In 2006 Tony Blair, prime minister, expressed “deep sorrow” for the UK’s role in the slave trade.

● Last week the US Senate unanimously passed a resolution apologising for slavery and segregation.

Copyright The Financial Times Limited 2009

Les fondateurs de Rothschild et de Freshfields liés à l’esclavage

Par Carola Hoyos

Publié le 26 juin 2009

Des documents que le Financial Times a pu consulter ont révélé que deux des plus grands noms dans la City de Londres ont eu des liens précédemment non révélés avec l’esclavage dans les colonies britanniques.

Des disques des Archives Nationales montrent que Nathan Mayer Rothschild, le patriarche fondateur de la dynastie des banquiers d’affaires au XIXe siècle et James William Freshfield, le fondateur de Freshfields, le premier cabinet d’affaires de la City, ont bénéficié financièrement de l’esclavage, quoique tous les deux aient été souvent dépeints comme des adversaires de l’esclavage.

Loin d’être une question d’histoire ancienne, l’esclavage demeure un sujet fortement controversé aux USA, où Rothschild et Freshfields ont tous deux des activités.
Les sociétés accusées d’avoir des liens avec les injustices subies dans le passé par les esclaves font l’objet de pressions afin qu’elles procèdent à des restitutions financières.

La banque d’affaires JPMorgan a ainsi mis en place un fonds de 5 millions de dollars pour les étudiants noirs scolarisés en Louisiane ; après avoir fait des excuses en 2005 pour les liens historiques de la compagnie avec l’esclavage.
Les documents d’archives ont déjà poussé une des banques y figurant à agir aux USA.

Quand le Financial Times a contacté la Royal Bank of Scotland en faisant mention des informations sur les liens de son prédécesseur avec l’esclavage, la banque a recherché la plainte, mise à jour ses propres archives et modifiée les informations sur ses connections passées avec l’esclavage qu’elle avait précédemment transmises aux autorités de Chicago.

Mais ce sont les révélations concernant M. Rothschild et M. Freshfield qui sont susceptibles de faire le plus de bruit.

Dans le cas de M. Rothschild, pour la première fois les documents indiquent qu’il a réalisé des profits financiers personnels par l’utilisation d’esclaves comme garantie lors de transactions bancaires avec un propriétaire d’esclaves.

Cela surprendra ceux qui connaissent son rôle dans le montage du prêt qui a financé le sauvetage des propriétaires britanniques d’esclaves par le gouvernement du Royaume Uni, lors de l’abolition de l’esclavage colonial dans les années 1830. Ce fut le plus grand sauvetage industriel jamais opéré, comparable à un pourcentage de dépenses publiques annuelles – supérieur de loin au plan de sauvetage du secteur bancaire de l’an dernier.

La première fois qu’elle a été informée du contenu des données, l’archiviste en chef des documents de la famille Rothschild, Melanie Aspey, a réagi avec incrédulité, assurant qu’elle n’avait auparavant jamais constaté de tels liens.

Niall Ferguson, Laurence A. Tisch professeur d’histoire à Harvard et auteur de l’ouvrage "World’s Banker" [Le Banquier du Monde] : Une histoire de la Maison Rothschild, a indiqué les documents montraient « à quel point l’esclavage dominait la structure de la richesse britannique en 1830 ».

Dans le cas de M. Freshfield’s, les données indiquent que lui et ses fils avaient comme clients plusieurs propriétaires d’esclaves, pour la plupart basés aux Caraïbes. Les avocats ont agi en tant qu’administrateurs des domaines des propriétaires et, dans un cas, ont tenté de réclamer les honoraires légaux impayés dus à la firme par le biais du dispositif mis en place par le gouvernement destiné à compenser les propriétaires après l’abolition.

Entaillez Draper, un universitaire du University College London qui a examiné les documents - qui formeront maintenant le socle d’une base de données britannique complète de l’esclavage à l’UCL, a dit que les disques d’archives promouvraient avec bon espoir une meilleure compréhension de l’importance d’esclavage en Grande-Bretagne.

« Nous devons combler le fossé entre ceux qui nient le rôle de l’esclavage et ceux qui croient la Grande-Bretagne a été entièrement construit sur le sang des esclaves, » a t-il affirmé.

Tant Rothschild, la banque, que Freshfields Bruckhaus Deringer ont été très prompts à mettre en avant la réputation d’anti-esclavagistes de leurs prédécesseurs.

Nathan Mayer Rothschild a affirmé que Rothschild avait été un éminent militant des libertés civiles avec beaucoup d’associés partageant les mêmes idées « dans cette perspective, ces allégations apparaissent comme inconsistantes et représentent mal l’éthos de l’homme et de ses activités en affaires ».

James William Freshfield a indiqué que la société Freshfields était un membre actif de la Church Missionary Society, « qui était impliquée dans… l’abolition de la traite négrière ». Excuses et aveux

Plusieurs établissements ont fait des excuses pour - ou reconnu - leurs liens à l’esclavage, parmi lesquels :

  • En mars 2002, l’avocat & militant Deadria C. Farmer-Paellmann a lancé contre Aetna, une compagnie de services de soins privés, et d’autres une action judiciaire infructueuse pour enrichissement injuste par le biais de l’esclavage. La législation de la Californie et de l’Illinois a incité plusieurs sociétés à faire des recherches sur leur passé et poussé d’autres à faire des excuses et des gestes en termes de réparations.
  • Au milieu des années 2000, Aetna, poussé par Mme Fermier-Paellmann, était un des premiers à faire des excuses pour des polices d’assurances portant sur des esclaves 140 ans plus tôt.
  • En 2002, l’assureur de New York Life a fait don à une librairie New Yorkaise des documents relatifs aux polices d’assurance vendues aux propriétaires d’esclaves dans les années 1840. Il a également soutenu des efforts éducatifs.
  • En 2005, la banque d’affaires JPMorgan a fait des excuses pour deux de ses prédécesseurs en Louisiane – Citizens Bank & Canal Bank – lesquels avaient hypothéqué des esclaves. La banque a rendu public ses recherches et a mis en place un fonds de bourse de 5 millions de dollars pour les élèves Afro-Américains.
  • En 2005, la banque Lehman Brothers a fait des excuses pour les liens de ses prédécesseurs avec l’esclavage, tandis que la Bank of América indiquait regretter tous les actes que ses prédécesseurs pourraient avoir commis pour appuyer ou tolérer l’esclavage. La Banque Wachovia, acquise depuis lors par Wells Fargo, a également fait des excuses du fait que ses prédécesseurs aient possédé et tiré profit des esclaves. Elle a mis en place un programme offrant 1 milliard de dollars de prêts aux concessionnaires automobiles noirs.
  • En octobre 2001 des étudiants de l’université de Yale ont montré du doigt ses liens passés avec l’esclavage. L’université a indiqué qu’elle avait déjà mandaté le Gilder-Lehrman centre pour l’étude de l’esclavage.
    L’université Brown a mis en place une commission chargée d’examiner ses liens avec l’esclavage et comment elle devrait réparer ses torts.
  • En 2006 Tony Blair, alors premier ministre, a exprimé la « douleur profonde » pour le rôle joué par le Royaume Uni dans la traite négrière.
  • La semaine dernière le sénat des USA a adopté à l’unanimité une résolution présentant des excuses pour l’esclavage et la ségrégation.

Source : The Financial Times

Publié par Ibuka le mercredi 15 juillet 2009

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !