Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 19 octobre 2017
22h10

Statistiques éditoriales
2164 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
6637 aujourd'hui
5663 hier
6506937 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Guadeloupe : Evolution institutionnelle & visite de ML Penchard

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Un article de Bakchich.info signé Anaëlle Verzaux



Aucune réaction pour le moment !
 

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Nicolas Sarkozy a annoncé un référendum sur l’autonomie de la Martinique et de la Guyane. Ce jeudi, une délégation ministérielle s’envole pour les Antilles. Sans rendez-vous prévu avec le LKP. Quid de la Guadeloupe ?

Sarko zappe la Guadeloupe

Profitation / jeudi 8 octobre par Anaëlle Verzaux

La Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup sé pa ta yo. Ce slogan, porteur des manifestations lors de la grève générale de janvier - février 2009 en Guadeloupe, a atterri dans l’oreille d’un sourd.

Mercredi 7 octobre, Nicolas Sarkozy recevait des représentants de Martinique et de Guyane, pour évaluer l’opportunité d’un référendum sur une autonomie partielle de ces deux régions d’Outre-Mer. Après discussions, le chef de l’Etat a tranché mercredi en fin d’après-midi : le référendum aura lieu, le 17 janvier 2010. Une décision bienvenue pour Marie-Luce Penchard, la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Outre Mer, accueillie sans enthousiasme aux Antilles, en juin dernier. Et que son prédécesseur, Yves Jégo, aurait certainement aimé voir venir plus tôt.

Etrangement, aucun représentant de Guadeloupe n’a été reçu par L’Elysée. Les élus de Guadeloupe avaient bien demandé, en juin, à Nicolas Sarkozy, un « moratoire de dix-huit mois avant d’éventuelles consultations sur des évolutions statutaires », craignant sans doute que les Guadeloupéens demandent carrément l’indépendance. Mais faire de Gwada une région plus autonome fait partie des revendications des Etats Généraux de l’Outre Mer – qui viennent de se clore. Est-ce un signe que le gouvernement cherche à exclure ou pire, punir la Guadeloupe, la plus déterminée des trois îles à combattre la « Pwofitasyon » ?

A l’ouverture des Assises de l’Outre Mer, pourtant, Marie-Luce Penchard insistait sur l’incroyable nécessité, pour la France, de les réussir. Fin juin, elle déclarait : « Nous n’avons pas le droit de ne pas réussir les états généraux. Il y a une attente très importante. D’ailleurs, le chef de l’Etat a annoncé qu’au-delà des Etats Généraux, compte tenu de cette attente, il mettrait en place un comité de suivi pour s’assurer que les engagements pris soient suivis d’effet ». Tout occupé à préparer son séjour de six jours aux Antilles, le secrétariat d’Etat à l’Outre Mer, qui s’envole jeudi 8 octobre, n’a pas encore pu répondre à nos questions.

Toujours est-il que la crainte de voir surgir une révolte en Guadeloupe grandit, du côté du gouvernement. D’autant que, si la manifestation du samedi 3 octobre a eu peu de succès en Martinique (de 500 à 800 personnes à Fort-de-France), elle a rassemblé 25 000 personnes (6000 pour la préfecture) à Pointe-à-Pitre – sachant que l’île compte environ 400 000 habitants. Et le Lyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), à l’origine de la grève générale (qui a duré 44 jours) de janvier et février dernier, ne s’est pas affaibli. Comme lors de la grève générale, à la demande de ses dirigeants, depuis début septembre, des milliers de personnes se retrouvent deux fois par semaine, place de la Mutualité, à Pointe-à-Pitre.

Total(ment) fou du prix unique

Car depuis la signature des accords du 4 mars, qui a mis fin à la grève, rien n’a vraiment changé en Guadeloupe. Le niveau de vie reste bas, les prix sont toujours élevés, les formations demandées pour les jeunes chômeurs n’ont pas vu le jour, et le prix de l’essence a été augmenté de 6 centimes d’euros à la mi septembre, l’objectif étant une augmentation de 20 centimes d’ici à la fin de l’année. Après la baisse de 18 centimes qui avait été effectuée fin février, c’est une victoire… pour Total ! Le principal actionnaire de la SARA, la société qui contrôle le carburant en Guadeloupe. Et qui demande régulièrement des compensations financières. Victorin Lurel, président socialiste du Conseil régional de Guadeloupe, s’en inquiète, dans un communiqué publié le 15 septembre 2009 : « Etrangement identique pour le super et le gazole, cette hausse de 6 centimes, décidée en dehors de toute réforme globale de la formule de fixation des prix, ne saurait suffire à éteindre les contestations émises par la SARA et par les pétroliers qui leur ont déjà valu un chèque de 44 millions d’euros de compensation tiré sur le budget de l’Outre-mer ». Et Lurel d’ajouter : « Aussi la SARA est-elle encore fondée à demander de nouvelles compensations ».

Pour le LKP, les Etats Généraux n’ont fait que survoler les problèmes. Pis, pour Alain Plaisir, syndicaliste devenu pour le LKP spécialiste des prix, leurs éminences grises « n’ont pas dit la moitié de ce qu’on a dit ». Parmi les revendications non prises en compte, le syndicaliste cite l’exemple des prix, qui restent en moyenne largement supérieurs à ceux de la métropole (environ + 13 % pour le prix du lait, + 60 % pour les céréales, + 50 % pour la margarine, etc). Une question de qualité du produit sans doute. « Au mois de mars et avril, nous avons négocié une baisse des prix allant de 10 % à 40 % sur une famille de 200 produits de première nécessité et d’hygiène et des accords ont été signés avec la grande distribution et les grossistes. La grande distribution devait aussi apposer une pancarte à l’entrée du magasin indiquant les prix qui ont baissé », indique Alain Plaisir. Or, ajoute-t-il, « il se trouve que les produits dont le prix a diminué sont introuvables sur les étalages ! » Une rupture de stock en continue, en quelque sorte…

Interrogé sur le séjour de six jours aux Antilles du ministère, le LKP nous a indiqué que pour l’instant, Elie Domota, le leader du collectif, n’avait pas été invité à rencontrer ni Marie-Luce Penchard, ni l’un de ses représentants.

Source : Bakchich.info

Publié par la Rédaction le samedi 10 octobre 2009

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !