Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
mardi 21 mars 2017
20h36

Statistiques éditoriales
2154 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
4833 aujourd'hui
7759 hier
5381549 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

3 QUESTIONS À ÉLIE DOMOTA, PORTE-PAROLE DU LKP : « Sé lit an nou ansanm ansanm ké déchouké pwofitasyon »

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #LKP
Aucune réaction pour le moment !
 

Pourquoi organiser ce grand rassemblement ?

Nous voulons évoquer trois thèmes majeurs : l’avenir de la jeunesse (vie, éducation...), la santé avec le dossier chlordécone et un atelier sur la cherté de la vie (prix, transport, pouvoir d’achat...). C’est la version grandeur nature de nos lyannaj a pawòl que nous faisons d’habitude avec une trentaine de personnes dans les communes ou au sein des entreprises. L’objectif est de donner la parole aux gens. Chaque groupe aura un rapporteur qui va présenter le sujet et lancer le débat. Les gens vont donner leur opinion sur le thème, le chemin parcouru et sur les perspectives.

Est-ce une façon pour le LKP, un peu en perte de vitesse, de remobiliser les gens ?

Nou la. Sé lit an nou ansanm ansanm ké déchouké pwofitasyon. Nous sommes toujours en phase d’éducation, de formation, d’information, de propagande et de mobilisation. Il est important que les gens donnent leur avis. Ce n’est pas qu’aux organisations membres du LKP de décider. Dans toutes nos actions, nous prenons toujours l’avis du peuple. Il faut former et faire comprendre ce qui se passe et se préparer à changer le système. Nous n’annonçons pas une rentrée mouvementée, nous nous préparons à une large mobilisation.

N’avez-vous pas l’impression d’un retour en arrière ?

Non, ce qui a été pris est bien pris. Un responsable de station affirmait la semaine dernière que c’est revenu comme avant. Il a pourtant profité pendant près d’un an. Il s’agit de démontrer qu’il faut continuer de se battre. Nou sé dé timoun a lèsklavaj, nous n’avons pas peur de nous battre. Sans lutte sociale, il n’y aurait pas aujourd’hui les congés payés, maternité, ni amélioration des conditions de travail. Nous savons pertinemment que le gouvernement, en complicité avec les élus, remettent en cause nos acquis sociaux. L’augmentation de l’essence est totalement illégale juridiquement. Nous allons encore faire un recours au tribunal administratif. Domino ka rimé an pangal mé i pa ka joué an pangal.

Source : France-Antilles Guadeloupe - Propos recueillis par N. C.-D. - 21.08.2010

Post-Scriptum

Voir aussi : Reportage de RFO TV Guadeloupe et Inerview du porte-parole du LKP
Publié par la Rédaction le lundi 23 août 2010

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !