Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
lundi 11 décembre 2017
20h23

Statistiques éditoriales
2180 Articles
97 Brèves
27 Site Web
160 Auteurs

Statistiques des visites
1076 aujourd'hui
2650 hier
6763310 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

HAÏTI : Nouvelles accusations de tortures commises par la Minustah

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

“Défendre Haïti c’est nous défendre nous mêmes”



Aucune réaction pour le moment !
 

Communiqué du comité brésilien

“Défendre Haïti c’est nous défendre nous mêmes”

Une nouvelle accusation contre les troupes de la mission des Nations unies pour la stabilisation d’Haïti (MINUSTAH) : violences contre trois jeunes haïtiens à Fort-Dimanche, quartier de Port-au- Prince, capitale d’Haiti. De nouveau, une triste nouvelle et cette fois c’est l’armée brésilienne qui est accusée de mauvais traitement à l’égard de trois jeunes Gilbert Joseph 29 ans, Basile Amos 19 ans et Abel Joseph 20 ans. Selon les agences de presse internationales, une enquête a été ouverte concernant une “accusation d’agression commise contre trois jeunes par un groupe de huit membre de la troupe brésilienne”.

Cette dénonciation a été rendue publique lors d’une conférence de presse du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). La presse haïtienne a publié des photos montrant les blessures subies par ces trois jeunes qui mettent en cause les troupes brésiliennes.

Il ne s’agit pas d’un fait nouveau. A plusieurs reprises le comité “Défendre Haïti c’est nous défendre nous mêmes” a informé le gouvernement brésilien d’innombrables violations des droits de l’homme et de la souveraineté nationale d’Haïti de la part des troupes de la MINUSTAH. Jour après jour, les crimes commis par les troupes de l’ONU sous commandement brésilien, sont plus flagrants. Jour après jour, nous nous apercevons que les troupes brésiliennes n’apportent ni aide ni paix au peuple haïtien, mais vont là-bas pour être entraînées à la torture et à tant d’autres crimes contre le peuple haïtien.

Jour après jour, les commandants de l’armée brésilienne entraînent des jeunes soldats non à la solidarité, mais à la deshumanité. Ce sont les manuels des années de plomb de la dictature militaire qui sont appliqués pour préparer les troupes à agir au Brésil. Ce qu’ils font là-bas, comme l’admettent les commandants de l’armée brésilienne eux mêmes, sert de laboratoire de tactiques militaires appliquées dans les favelas au Brésil.

Nous, comité “Défendre Haïti c’est nous défendre nous mêmes”, avons été partie prenante de l’organisation le 5 novembre dernier, à l’assemblée municipale de São Paulo, d’un meeting continental “pour le retrait des troupes de l’ONU”, auquel ont participé plus de 600 personnes, venues de 11 États du Brésil, avec, à la tribune des représentants de 7 pays (États-Unis, Haïti, Bolivie, Argentine, Uruguay, France et Brésil). Ce meeting a réaffirmé l’engagement derrière ce drapeau des diverses organisations syndicales, étudiante et populaires.

Une fois de plus, nous affirmons qu’il faut que cela cesse. Nous nous adressons à la présidente de la République. Dilma Russef et au ministre de la défense Celso Amorim pour exiger : faites cesser cette honteuse occupation. Le Brésil n’a pas besoin de cette tache sur son histoire. Retirez immédiatement les troupes brésiliennes d’Haïti.

Publié par la Rédaction le mercredi 18 janvier 2012

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !