Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 24 juillet 2014
11h51

Statistiques éditoriales
1946 Articles
93 Brèves
27 Site Web
132 Auteurs

Statistiques des visites
503 aujourd'hui
1694 hier
2961935 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Communiqué de l’UGTG relatif à la convocation de Jocelyn LEBORGNE devant la tribunal de Pointe-à-Pitre pour refus de prélèvement ADN

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l article par mail

Sendikalis pa kriminèl pa mannyé sendikalis - Les syndicalistes ne sont pas des criminels, ne touchez pas aux syndicalistes



Aucune réaction pour le moment !
 

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Le 31 janvier 2013, Jocelyn LEBORGNE, Secrétaire Général de l’UEC-UGTG (Union des Employés du Commerce) est convoqué devant le Tribunal Correctionnel de Pointe-à-Pitre pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement ADN.

Il s’agit, une fois de plus, de criminaliser l’action syndicale en faisant passer les syndicalistes pou malfétè alors qu’ils se battent pour préserver leurs acquis de luttes notamment les congés payés, la retraite, la protection sociale, les conventions collectives, la dignité, le respect, un salaire décent, les libertés fondamentales et singulièrement le droit syndical.

L’Etat colonial pwofitan et ses alliés considèrent les Travailleurs et leurs Organisations comme de véritables dangers de nature à remettre en cause leur politique anti sociale. A ce titre, ils ont inventé une nouvelle arme : le prélèvement ADN.

Le F.N.A.E.G (Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques) était destiné, à l’origine, à l’identification des auteurs de crimes et délits sexuels commis sur des mineurs de moins de 15 ans. Yo pafè ni yonn ni dé , ils l’appliquent désormais aux syndicalistes.

NON, NON, SENDIKALIS PA KRIMINÈL.

José NAEJUS et Charly LENDO, Dirigeants de l’UGTG ont même été condamnés à 1000 euros d’amende pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement ADN, alors qu’ils ont été relaxés pour les faits pour lesquels ils avaient été convoqués.

L’UGTG dénonce cette loi liberticide et déclare son refus de tout prélèvement ADN, dont l’objectif est de classifier les militants syndicaux comme criminels et de protéger les pwofitan car les délits d’abus de confiance, abus d’autorité publique, banqueroute ou favoritisme, abus de biens sociaux, corruption ou trafic d’influence, sont exclus du fichage ADN.

A terme, ces dérives conduiront au fichage généralisé de l’ensemble de la société au mépris des principes de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

NOU PA TCHOUYÉ, NOU PA VOLÉ, NOU PA VIYOLÉ PON MOUN

SENDIKALIS PA KRIMINÈL

P-À-P, LE 22/01/2013

KONSEY SENDIKAL UGTG

Publié par la Centrale UGTG le dimanche 27 janvier 2013

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !