Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 23 novembre 2017
11h41

Statistiques éditoriales
2170 Articles
97 Brèves
27 Site Web
159 Auteurs

Statistiques des visites
109 aujourd'hui
4066 hier
6635120 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Construction du nouvea, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Banques Assura, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

ABC... : Chlordécone, paraquat, organochlorés et autres pesticides

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #Chlordécone
1 réaction
 

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Cancers de la prostate, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, malformations congénitales, infertilité masculine, présence de chlordécone dans le sang. Quelques pathologies qui caractérisent l’état de santé actuel des Guadeloupéens.

Curieusement certains « chercheurs » a yo prétendent que cela est du à des problèmes génétiques ; en deux mots sé pas nou nèg kè nou ni tout sé maladi-la sa. Dès lors, comment expliquer que l’on ne retrouve pas ces mêmes maladies en aussi grand nombre en Haïti par exemple. Dapré nou sé nèg ki la osi.

En vérité, nous, Guadeloupéens, sommes tous empoisonnés aux pesticides et principalement au chlordécone. Men ka sa yé ?

Un produit chimique utilisé dans les bananeraies contre un nuisible : le charançon. Mais particularité, ce puissant pesticide le Chlordécone a été interdit aux USA en 1976 et se verra rapidement retiré son homologation en France.

Pourtant, il sera copieusement utilisé en Guadeloupe de 1972 jusqu’au milieu des années 90 malgré nombre de rapports démontrant sa grande nocivité.

Conséquence : le chlordécone qui détient une rémanence d’environ 60 ans se retrouve dans les cultures et principalement dans les tubercules (madère, patate, igname, manioc) mais aussi dans les lègumes et l’eau que nous buvons. Nous apprenons aujourd’hui que l’eau que nous consommons depuis tantôt n’a jamais fait l’objet d’aucune analyse concernant le chlordécone.

Mais comment ce produit interdit au Etats-Unis dès 1976 et dont la production a été stoppé, s’est retrouvé sur le marché et dans nos assiettes ?

Le mérite revient aux importateurs békés et autres Blan péyi, capitalistes esclavagistes dans l’âme. Ces derniers vont faire fort et acquérir la formule chimique du Chlordécone aux mains des Américains avant de la faire mettre au point dans un laboratoire Français à Béziers. Ils feront ensuite fabriquer leur poison au Brésil avant de le commercialiser en Guadeloupe sous un nouveau nom : le Curlone.

Plus curieux encore, que ce soit pour le chloredécone ou pour le Curlone (même formule chimique) les autorisations de mise sur le marché ont été délivrées par les ministres et gouvernements successifs Français de gauche comme de droite.

Presque, le même type d’autorisation qui nous permet aujourd’hui de consommer des œufs réfrigérés alors que cela est interdit an France. A pa pou fè pè men fo nou pè.

Certains, aujourd’hui, crient aux loups et s’indignent car se sentant Français et se demandant comme la Mère Patrie a pu faire cela à ses enfants, même bâtards ; surtout quand ils observent le scandale que déclenche un peu de nitrate ou autre substance chimique dans l’eau en France.

Peuple de Guadeloupe, le système capitaliste colonialiste le démontre depuis tantôt. Il s’agit, pour lui, de faire du profit par tout moyen y compris le sacrifice de vie humaine et singulièrement des peuples dits de couleurs. Rappelons-nous à qui l’Etat Français a cédé le dépeçage du Clémenceau : aux Indiens qui n’ont aucun équipement pour le désamiantage.

En Guadeloupe, cet empoisonnement organisé constitue un nouveau pas vers le génocide par substitution de notre Peuple. Le Guadeloupéen d’origine Africaine ou Indienne est aujourd’hui au bas de l’échelle sociale. Demain, avec l’augmentation exponentielle de l’infertilité masculine, c’est notre existence même qui est en jeu. L’objectif de l’Etat Français n’est-il pas de faire une Guadeloupe sans Gwadloupéyen, san nèg ?

Et nos élus dans tout ça ?

Certains diront : Yo pa té konnèt. Mais aujourd’hui, tout moun o kouran. Ils se taisent ou gesticulent mollement afin de continuer à bénéficier des subsides de la République ki ka pèwmèt yo fè nonm.

C’est vrai qu’il est plus facile d’organiser des shows, styles congrès de ceci, assises de cela afin de faire croire que l’on fait sans faire et de clôturer le tout par une route du rhum ou autres évènements festifs du même type.

Encore plus facile de descendre dans les rues contre les Travailleurs et les Organisations Syndicales qui luttent.

E pannansitan Gwadloupéyen ka mò san sav poukwa. Nou pa mérité sa.

Et cela continue car d’après le Préfet : il n’y a pas de problème men i pa ka bwè dlo robiné !

Alòs, sa ki pa konprann, i ja lè pou konprann. Fo pa nou konté si pyé a lézòt pou maché. Sa ki bon pou yo pa bon pou nou. Fo nou woulé pou nou, pou pèp Gwadloup.

Post-Scriptum

Tout savoir (ou presque) sur ce produit sur l’encyclopédie libre en ligne Wikipédia.
Publié par la Centrale UGTG le vendredi 20 juin 2008
Mis à jour le dimanche 20 juillet 2008

Téléchargez les documents joints à l'article

sur l’utilisation du chlordécone et des autres pesticides dans l’agriculture martiniquaise et guadeloupéenne.
 
Fichier de type PDF
Poids : 1.6 Mo
du collectif Guadeloupéen composé d’associations & de l’UPG.
 
Fichier de type PDF
Poids : 231.8 ko
Sur le chlordéconé présenté par P. Le Guen
 
Fichier de type PDF
Poids : 225.6 ko
en Martinique et en Guadeloupe : 2008-2010
 
Fichier de type PDF
Poids : 207.6 ko
 
Fichier de type PDF
Poids : 244.3 ko
 
Fichier de type PDF
Poids : 254.4 ko
 

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

D'autres articles sur le theme Santé & Environnement

 > Forum article

ABC... : Chlordécone, paraquat, organochlorés et autres pesticides
Réaction de la fée prunechocolat le 8 août 2009 @ 19h54

ce crime doit être punit mais comme on sait qui est aux commandes, alors cela sera difficile mais pas impossible.

mais pendant ce temps les dégats continuent à faire des victimes

plis fos ba péyi la

^

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !