Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
lundi 22 mai 2017
22h56

Statistiques éditoriales
2162 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
476 aujourd'hui
5710 hier
5791889 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Prix des carburants en Guyane : Communiqué de L’UTG

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

L’Union des Travailleurs Guyanais appelle à renforcer la mobilisation !


Mots-clés : #Prix des carburants
Aucune réaction pour le moment !
 

Après plus de 8 jours, la mobilisation ne faiblit pas dans tout le pays.
Malgré les défections prévisibles d’une partie des socio professionnels, du MEDEF (qui ne s’est jamais vraiment impliqué), de la CCIG et de quelques élus politiques aux ordres du gouvernement, l’heure est à la poursuite et au renforcement de l’action.
Notre détermination doit être sans faille et nous devons être aux cotés de la grande majorité de la population qui soutient la revendication sur la baisse de 50 centimes du prix du carburant à la pompe. [1]

Le mouvement perdure parce qu’il concentre l’exaspération de notre peuple contre l’augmentation insupportable du coût de la vie qui précarise la situation de bon nombre de familles, souvent contraintes à des expédients pour assurer des fins de mois de plus en plus difficiles et compliquées à gérer mais aussi contre les injustices sociales subies quotidiennement.

Il se consolide parce qu’il est fondé sur une solidarité exemplaire et historique des différentes composantes de la société guyanaise.
L’état doit donc prendre toutes ses responsabilités dans la résolution de la crise actuelle et nous devons refuser qu’il utilise les collectivités comme bouc émissaire d’une situation qui lui renvoie l’image absolue de l’échec des politiques publiques qu’il met en oeuvre dans notre pays et dont les conséquences sont : chômage massif, crise sociale, système éducatif défaillant et inadapté, insécurité, transports en commun sous développés, non développement, etc.

L’UTG inscrit son action dans le renforcement et la cohésion du mouvement, paramètres absolument indispensables pour obtenir les 50 centimes de baisse immédiate et sans condition, et la définition d’une étape intermédiaire afin d’instituer un dispositif de maîtrise pérenne du coût du carburant.

Nous devons tout faire pour ne pas tomber dans la provocation et les intimidations de toutes sortes. Seule la victoire de notre peuple doit être notre préoccupation.

L’UTG appelle tous ses adhérents et sympathisants :

- A refuser le marché de dupes que l’état cherche à mettre en oeuvre par une mise en cause des collectivités locales ;
- A rejoindre et renforcer tous les barrages à proximité de leur domicile ;
- Et à participer massivement à la manifestation prévue le mercredi 03 décembre 2008 dont le rendez-vous est fixé à 08h00 au jardin botanique.

Le Secrétaire Général
A. DARNAL

| Source : MDES

Publié par la Rédaction le mercredi 3 décembre 2008
Mis à jour le jeudi 4 décembre 2008

Notes

[1] Via son site internet, le MDES ne dit pas autre chose : « Voilà maintenant 10 jours que la population, les socio-professionnels et les politiques réclament une baisse de 50 cts à la pompe pour les consommateurs. Des voix (surtout de la Droite UMP, du MEDEF et autres serviteurs de l’Etat) s’élèvent pour réclamer l’arrêt du mouvement et mettre à l’index les Présidents des collectivités, semant ainsi le trouble au sein de la population en l’incitant à rendre coupables de la situation les exécutifs de la Région et du Conseil Général.

Pour rétablir les choses et afin que les semeurs de trouble pilotés par l’Etat soient démasqués, il convient à ce stade de faire preuve de pédagogie. N’attendons pas sur les médias officiels pour le faire à notre place.

Aussi, nous vous invitons à prendre connaissance de 3 choses.

  1. Les raisons profondes du mouvement et notamment à découvrir les fameuses zones d’ombre, voire les illégalités liées à la composition du prix du carburant, le tout avec la bénédiction de l’Etat. OUI, nous avons été spoliés et le mode de fixation des prix est une pompe à finance dont la complicité entre l’Etat et les pétroliers dont un en particulier (TOTAL) ne fait aucun doute ;
  2. Les raisons qui font que les propositions d’Yves JEGO ne peuvent être acceptées en l’état par les collectivités. En réalité, il s’agit d’une proposition pernicieuse et vicieuse du secrétaire d’état qui consiste à plomber encore plus les collectivités et à terme à une mise sous tutelle. Sa proposition relève d’un piège, d’une "punition" qu’il tente d’infliger aux élus guyanais qui ont soutenu le mouvement légitime ;
  3. Les 4 propositions faites par les élus pour sortir de la crise, pour à la fois avoir gain de cause sur les 50 cts d’€, et sans tomber dans le piège tendu par le secrétaire d’Etat. »

Téléchargez les documents joints à l'article

 
Fichier de type PDF
Poids : 46.2 ko
 

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !