Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
dimanche 16 juillet 2017
23h40

Statistiques éditoriales
2160 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
613 aujourd'hui
3916 hier
6229634 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

LKP - Jean Marie Nomertin fait le point sur la grève

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Transcription du meeting du lundi 03 mars 2009


Mots-clés : #LKP
1 réaction
 

Cliquez sur la photo pour la visualiser dans sa taille originale.

Voilà ce qu’ils n’arrivent pas à comprendre : toute la mesure de ce mouvement.

En temps normal il nous aurait fallu nous excuser de commencer un meeting non programmé, non prévu, à 22H45. Mais il s’agit cette fois d’un meeting que vous qui êtes présents ce soir nous avez imposé ! Et c’est là toute la différence par rapport au temps d’avant !

Et il est important de le comprendre ! Vous êtes là depuis un certain temps et nous n’avons encore jamais eu à nous excuser, à venir vous voir pour vous dire que tel ou tel meeting se fera ou ne se fera pas ; que s’il se fait ce sera à telle ou telle heure. Vous restez là, parce que vous voulez savoir ce qui se passe !

Et c’est aussi pourquoi nous disons que ce mouvement est réellement chouké an didan tout goudron a tout chimen ki an péyi la sa ! (ce mouvement est puissamment enraciné dans ce pays). Et nous disons que nous n’aurions pas pu commencer ce meeting si les camarades de retour de la sous préfecture (négociations sur les prix des produits de première nécessité), n’étaient pas venus pour nous permettre de donner une explication détaillée des choses.

Il nous faut aussi comprendre que notre grève est à un carrefour !

Et c’est à nous de lui indiquer la bonne voie à prendre ! Nous, et pas le préfet ! Nous et pas le recteur ; et encore moins les chefs d’établissement scolaire.

Nous le disons en direction de tous ceux qui reprennent le travail : pa ni pwoblem, reprenez donc le travail... Mais lorsque nous travaillons, vous êtes les premiers à dénoncer la surcharge de travail et le manque d’effectifs. Et aujourd’hui, alors que la moitié des personnels est en grève, vous souhaitez travailler, travailler plus que n’importe quel autre jour. Zô pli enmé travay ki pon moun !

A ceux là, nous le redisons, prenez vos responsabilités ! Car toutes les centrales syndicales ayant appelé à la grève, il n’y aura pas ces jours-ci des syndicats pour vous défendre dans l’entreprise.

Nous le disons aussi parce qu’il nous appartient de comprendre là où nous allons aujourd’hui. Raymond GAMA (intervenant précédent) l’a dit : toutes les Assemblées que nous avons convoqué ont rassemblé au minimum 400 personnes. Mais il en a oublié une, celle ayant réuni les Femmes (dimanche 1er mars 2009 à Lauricisque - PàP). Il y avait effectivement bien plus de 400, certains ont avancé le chiffre de 600 femmes présentes dimanche à trois heures de l’après-midi à Lauricisque.
Dans ces réunions, les personnes présentes apportent des idées, prennent des initiatives...

Et c’est là toute la différence aujourd’hui !

C’est parce que nous avons, en tant que dirigeants, des comptes à vous rendre que les camarades partis en négociations à la sous préfecture étaient obligés de venir là ce soir vous donner des explications. Ils auraient pu rester plus longtemps...

Nous disons que sur les marges arrières et sur les prix des grossistes, il nous faut les faire reculer sur le prix des marchandises. A moins qu’ils ne produisent des documents nous prouvant que leurs bénéfices, leurs marges sont moindres. Et à ce moment là nous laisserons tomber...

Mais ce n’est pas parce que, comme certains l’avancent, que nous avons déjà gagné 200 euro, que nous avons déjà baissé le prix de l’eau, le prix des carburants... que nous devons considérer que les pwofitasyon ont pris fin.

Nous disons NON ! Ce mouvement doit nous permettre d’arracher tout ce que nous devons contre les pwofitasyon ! Et c’est cette décision que le LKP a pris !

- Sur Basse-Terre, l’eau baisse de 3%. Pour nous c’est insuffisant, pais elle baisse déjà de 3%
- Pour les transporteurs, on est parti de 0 euro. On en est ce soir à 35 000 euro. nous sommes à la moitié du chemin. Ils doivent faire un geste supplémentaire. Car il est inadmissible que des personnes qui pendant un siècle, de génération en génération, ont permis à un système de fonctionner vaille que vaille, puissent du jour au lendemain se retrouver sans aucun revenu ; alors qu’on leur a fait acheter des cars neufs et qu’ils ont des mensualités à payer !
Il faut donc que chacun prenne la dimension du problème et surtout du drame social vécu par ces transporteurs.

Nous redisons que cette grève est à un carrefour.

Car lorsque le préfet a annoncé en pleine négociations que le travail devait reprendre ce lundi matin, il ne faisait que tester notre détermination.
Nous lui avons dit et avons dit en présence des journalistes présents qu’il devait nous adresser le document promis (le projet de protocole) ; et qu’une rencontre aurait lieu cet après-midi à 18H00 aux Affaires maritimes.

Que s’est-il passé entre temps ?

Le préfet nous a dressé le document à 15H00 (twzè’d lapwémidi) ! 14 pages à quinze heures ! Sachant que nous devions nous réunir pour l’étudier ensemble...

- La première faute qu’on trouve dans ce document c’est qu’y figure parmi les signataires, le nom de Jean-claude MALO, alors que ce dernier a démissionné de lAssociation des maires de Guadeloupe ! Comment une personne ayant démissionné du poste qu’il occupait peut-il être invité par le préfet à venir signer un tel document ?!

- Deuxième faute contenue dans ce document : elle prote sur l’aide du Conseil général. Le préfet fait figurer le mot "euro" sans indiquer le montant exact de la somme que la collectivité départementale met sur la prime relative au RSA.

Comment prendre ces gens au sérieux ?!

Sans oublier tous les oublis, alors que nous avons discuté, toutes les omissions ; tout ce qu’il a transcrit à sa manière ; sans compter tout ce qui y figure et qu’il n’avait pas à écrire, car nous ne le lui avions pas demandé et que c’est par ailleurs inutile.

Les camarades ont donc dû rester là et travailler sur ce document avant de le lui retourner en lui précisant que nous nous rencontrerons aux Affaires maritimes seulement demain. Et que si les documents sont en concordance avec nos revendications ; alros seulement nous signerons une suspension du conflit. Mais que nous ne changerons pas de ligne tant que nous n’avons pas le bon document !

Et nous disons que c’est extrèmement grave. Car voilà des gens (un préfet et un secrétaire général de préfecture chargé de prendre des notes) qui traitent les travailleurs de fainéants ; qui affirment que les travailleurs ne foutent rien ; qu’on les paie à ne rien faire... qui se révèlent être incapables de transcrire point par point ce qu’ils ont écrit ou qu’ils étaient censés écrire entre la journée de samedi à dimanche matin !

Comment peuvent-ils venir critiquer demain un fonctionnaire de catégorie C ou B, quand eux, agents de catégorie A ou de catégorie super A, font de pareils fautes et sont incapables de produire un document ?! Alors que nous lui avons demandé à chaque fois de nous lire ce qu’il avait acté et que nous lui indiquions les modifications à effectuer.

Nous affirmons qu’il s’agit d’une bande d’incompétents qui ont pour unique objectif de mater les travailleurs et de leur imposer la reprise du travail !

Leur problème c’est d’arriver à faire croire qu’il y aurait un petit groupe d’irréductibles de trois ou quatre individus présents dans les organisations et qui seraient seuls à tenir la grève ! Et parvenir ainsi à monter le peuple contre le collectif.

Mais c’est bien eux que nous démasquons et les démystifions : si la grève perdure, c’est eux et eux seuls qui en portent la responsabilité !

Nous le disons, Oui camarades, nous nous levons tous les jours tôt le matin depuis plusieurs semaines. Mais il y a une dernière accélération à porter et nous nous devons de le faire à fond !

Nous reconduisons donc la même opération que ce matin ; à la même heure ; au même endroit ! Et nous bloquerons comme nous l’avons fait jusque là ! Jusqu’à ce qu’ils nous entendent, nous répondent et satisfassent nos revendications. C’est la condition pour une suspension de la grève !

Mais nous disons aussi qu’il y a plusieurs autres rendez-vous de fixés !

- Demain mardi 03 janvier à 10H00 : rendez-vous important en préfecture. Et c’est important pour tout le monde ; y compris pour les petits artisans et petits patrons, même ceux n’ayant pas encore signé l’accord. : nous allons dicuter avec les banques, l’IEDOM et les organismes de crédit.
Pour nous il est important que ces entreprises bénéficient de facilités de crédit au niveau de ces institutions bancaires. Mais il est encore plus important à nos yeux que chaque client, chaque usager puisse savoir réellement que les frais doivent baisser (agios, accès au crédit). Et qu’ils aient aussi une information détaillée sur ce qui se passe !
A titre d’exemple, voilà une quinzaine de jours, Europe 1 indiquait que la France détenait le record en matière de taux de crédit. Mais en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à la Réunion, il est doublement plus cher. Et c’est la BDAF et la Caisse d’Epargne qui abuse le plus dans ce domaine !
Nous exigeons une baisse immédiate !

Nous devons passer cette phase !

Ansanm nou ké lité ! Ansanm nou ké gannyé !

Les rendez-vous du Mardi 3 Mars 2009 :

- 08H00 : Vélodrome de Gourde liane : LKP : Nou kay fè komisyon.

- 10H00 à la préfecture : LKP-Etat-Institutions bancaires et organismes de crédit : Accès au crédit - Taux de crédit - Droit à l’information des usagers.

- 15HOO à la préfecture : LKP-Etat : Contrats aidés.
- °° RDV à 14H00 au Palais de la Mutualité : Bus prévu (réservation).

- 16H00 à la sous préfecture : LKP-Grande distribution-Etat : Prix des produits de première nécessité.

publication originale : 3 mars 2009

Publié par le LKP le mardi 3 mars 2009
Mis à jour le samedi 21 mars 2009

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

LKP - JM Nomertin fait le point sur le mouvement de grève
Réaction de Ficadière Patrick le 3 mars 2009 @ 22h13
byen bonjou, woulo bravo pou latilyé klèté a pawòl-maké a-w, ni déotwa tan an vin ka mandé mwen oti "manblo" sòti, ki istwa a mo-lasa ?
^

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !