Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 19 octobre 2017
22h10

Statistiques éditoriales
2164 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
296 aujourd'hui
6830 hier
6514275 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Mayotte - Élie Domota : "L’explosion était inévitable à Mayotte"

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF
Mots-clés : #Mayotte
Aucune réaction pour le moment !
 

Les syndicalistes mahorais font souvent référence 
au mouvement social qui a agité la Guadeloupe en janvier 2009. 
Voyez-vous des ressemblances entre ces deux conflits  ?

Élie Domota. Les problèmes ne sont pas tout à fait identiques, mais les similitudes sont réelles, alors que nos deux territoires sont distants de près de 15 000 kilomètres. Nous avons les mêmes problèmes de conditions de vie, de respect des individus. Guyane, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Mayotte… Quel que soit le territoire, les départements d’outre-mer restent des colonies gérées comme à l’époque des plantations. En Guadeloupe, le commerce et la distribution sont détenus par trois ou quatre grandes familles. C’est le même cas de figure à Mayotte. Au sommet de la pyramide, vous avez des personnes d’origine européenne et en bas de l’échelle sociale les Mahorais. Il y a aussi un réel mal-être. La paix sociale ne peut pas exister si 30 % des jeunes sont au chômage.

Les mêmes problèmes se posent dans tous les DOM-TOM. 
En cause, les prix excessifs 
des produits de consommation importés d’Europe par des monopoles de distribution. 
Ces îles sont devenues des territoires de consommation, et non de production. Pour rompre ce schéma, il faudrait bâtir un véritable projet de développement économique 
et social basé sur la production agricole locale et la jeunesse. Notre culture doit également être reconnue. Cela passe par une meilleure représentativité à la radio ou la télévision et un meilleur accès aux postes à responsabilité. Mais il n’y a aucune volonté politique. À Mayotte comme ailleurs, l’explosion sociale est inévitable.

Les quarante-quatre jours 
de grève en Guadeloupe 
ont-ils changé la donne  ?

Élie Domota. Aujourd’hui, le bilan est mitigé, mais les Guadeloupéens ont compris qu’on devait prendre notre destin en main pour développer notre pays. Les prix ont baissé, 
puis sont repartis à la hausse 
parce que l’État n’a pas respecté 
ses engagements. Il devait encadrer les prix de première nécessité, il ne l’a pas fait. Les accords sur les prix, sur l’accès 
à des postes à responsabilité, sur le plan d’urgence de formation des jeunes ne sont pas respectés. En revanche, la répression est farouche. Aujourd’hui, c’est la seule réponse de l’État. 
Les Guadeloupéens doivent être associés à la gestion de l’île, notre culture est rangée au rang de folklore, 1 500 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans formation, etc. Sans compter le fort taux de chômage : deux tiers des moins de 25 ans en âge 
de travailler et un tiers des 25 - 49 ans sont au chômage. 
Je ne sais pas quand la population redescendra dans la rue, mais ça bouillonne en Guadeloupe. Les autorités n’ont pas pris conscience de la gravité 
de la situation. Tous refusent 
de régler les problèmes.

Les syndicats à Mayotte se sont beaucoup plaints de l’attitude de l’État, accusé de délaisser le département. Qu’en pensez-vous  ?

Élie Domota. La ministre Marie-Luce Penchard n’a jamais été 
à la hauteur, elle refuse 
le dialogue. Depuis un an et demi, nous devons la rencontrer régulièrement dans le cadre 
de commissions de suivi à la suite des accords que nous avons signés, mais elle et le préfet ont toujours refusé de nous rencontrer. À Mayotte, l’État a réagi tardivement, consciemment, il a joué le pourrissement pour voir jusqu’où la population était prête à aller. Quand la ministre 
est venue à Mayotte, elle n’a fait que mettre de l’huile sur le feu.

L’Humanité.fr, le 14 Novembre 2011

Publié par la Rédaction le lundi 21 novembre 2011

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !