Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 27 novembre 2014
23h12

Statistiques éditoriales
1970 Articles
95 Brèves
27 Site Web
149 Auteurs

Statistiques des visites
945 aujourd'hui
3037 hier
3273861 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

FÈ MÉMWA MACHÉ FÈ KONSYANS VANSÉ ! : Sonjé 14 FEVRIER 1952 au Moule... la grève des ouvriers noyée dans le sang

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l article par mail

Jeudi 14 février A 19 H 00 o Moul douvan simityè-la



Aucune réaction pour le moment !
 

Février 1952 constitue le mouvement revendicatif le plus important ayant impliqué petits planteurs et colons dans toute la Guadeloupe après les grèves de 1910 (première grève générale en Guadeloupe regroupant diverses catégories de travailleurs agricoles : ouvriers, colons, petits planteurs... :

la répression fera 4 morts et plusieurs blessés). Le mouvement démarre au mois de novembre 1951 dans le nord Basse – Terre (domaine des usines Bonne – Mer et Roujol). Les revendications portent sur la rémunération de la journée de travail et sur l’allègement des tâches dans les champs. Elles s’élargissent rapidement à la demande d’un meilleur prix de la tonne de canne.

En janvier 1952, les ouvriers et cultivateurs mobilisés trouvent le soutien des fonctionnaires qui réclament la revalorisation de leurs salaires. Un appel à la grève générale illimitée est lancé sur toutes les habitations - plantations.

La mobilisation enfle et gagne les communes de Capesterre, Morne à l’Eau, Moule, Port – Louis, Anse Bertrand..., les débrayages se multiplient... Au Moule le 14 février 1952, des travailleurs aidés de nombreux jeunes se mobilisent dans les principales artères de la ville, particulièrement au boulevard Rougé. Vers 10 heures les militaires français, qui occupent le Moule depuis 3 jours, tirent alors sur la foule suivant un scénario savamment orchestré par le Préfet Villegier qui assure la protection des intérêts des usiniers.

Bilan : 4 Guadeloupéens tués dont une femme enceinte, Constance DULAC et Justinien CAPITOLIN, Edouard DERNON, François SERDOT. On dénombrera également 14 blessés.

Crime sans coupable comme souvent dans les colonies. Aujourd’hui, février 2013, ce sont plusieurs dizaines militants syndicaux qui sont poursuivis par l’Etat colonial du fait de leur engagement dans les luttes kont tout pwofitasyon.

LKP Févriyé 2013

Publié par le LKP le dimanche 17 février 2013

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !