Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
jeudi 19 octobre 2017
22h10

Statistiques éditoriales
2164 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
1922 aujourd'hui
6849 hier
6509071 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, EFS Gwadloup, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, L’après cyclone IRMA et, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Saint-Martin, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

Article paru au Bulletin du Comité international contre la répression à propos du procès de Jocelyn LEBORGNE sur les tests ADN

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

Le bureau du Cicr a décidé, au mois de mars, de répondre à l’invitation lancée par l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) à l’occasion d’un nouveau procès intenté à l’un de ses dirigeants, Jocelyn Leborgne. Ce dernier, déjà condamné pour avoir inscrit sur un mur à l’occasion des élections prud’homales « Votez UGTG », passait au tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, le 2 mai 2013, pour refus de se soumettre à un test ADN suite à cette même affaire. Ceci dans un contexte où 77 militants, principalement de l’UGTG, ont été confrontés à la justice pour la seule année 2012. C’est pourquoi nous estimons justifié de dire que nous assistons en Guadeloupe, particulièrement, à la marche à la criminalisation de l’action syndicale, criminalisation que l’on voit se développer également dans l’hexagone.

Le secrétaire du Cicr s’est donc rendu en Guadeloupe, cité comme témoin par les avocats de la défense de Jocelyn Leborgne. L’intention de l’UGTG, soutenue par notre comité, étant de faire de ce procès un moment de la mobilisation des organisations syndicales et des salariés de Guadeloupe, de lui donner un retentissement le plus large possible à l’extérieur de la Guadeloupe.

Le jour de notre arrivée, Eli Domota, secrétaire général de l’UGTG et porte-parole du LKP a été interviewé en direct (actualités de 19 heures) avec le secrétaire du Cicr sur la principale chaîne privée afin d’expliquer la situation. Nous avons pu nous rendre compte le lendemain - à l’occasion de la manifestation du 1er mai -que nombre de salariés avaient regardé cette émission. Dans son discours du 1er mai, Eli Domota a appelé les manifestants à se rendre, le lendemain, 2 mai, à 14 heures, au procès de Jocelyn Leborgne. Disons-le tout de suite, son appel a été entendu.

Le 2 mai, le secrétaire du Cicr a donné une interview en direct, une heure avant l’ouverture du procès, à la radio publique - émission également très suivie

Dès 14 heures, le 2 mai, plusieurs centaines de militants se sont réunis à l’ouverture du procès, plusieurs centaines à l’intérieur du tribunal, et encore davantage à l’extérieur, faute de place. Les secrétaires de l’UGTG, de l’UD Force Ouvrière et de l’UD CGTG ainsi qu’un historien guadeloupéen, Raymond Gama, ont pris la parole pour dénoncer la criminalisation de l’action syndicale et particulièrement l’épée de Damoclès que constituent les tests ADN - procédure parfaitement arbitraire - comme nous l’avons démontré à plusieurs reprises dans les colonnes de notre bulletin. Les avocats de Jocelyn Leborgne ont plaidé avec talent et demandé la relaxe de ce dernier. La décision mise en délibéré devrait être rendue le 23 mai 2013, le procureur ayant demandé un mois de prison avec sursis à l’encontre de Jocelyn Leborgne.

A l’issue du procès, sur la place, devant le tribunal de Pointe-à-Pitre, une masse imposante de travailleurs, de syndicalistes, de citoyens, a participé à un meeting public à 18 heures, soit quatre heures après l’entrée dans le tribunal. Ajoutons que les médias de Guadeloupe étaient présents et que le principal quotidien de Guadeloupe a rendu compte dans des termes corrects des événements. Lors de ce meeting, les témoins de la défense ont pris la parole.

A titre personnel, j’ai participé également à une activité du LKP à Port-Louis la veille de mon départ, activité de soutien à des agriculteurs victimes de la spoliation de leur terre par les grands propriétaires terriens (Bekés).

Au cours de ce bref séjour, j’ai eu bien sûr l’occasion de m’entretenir avec notre ami Eli Domota, ainsi qu’avec de nombreux responsables et militants de l’UGTG, mais également avec d’autres responsables syndicaux.

Je dois souligner le caractère chaleureux et fraternel de l’équipe de l’UGTG autour d’Eli Domota. J’estime nécessaire de remercier Eli et ses camarades de l’énorme travail réalisé et du succès de ce que nous avons accompli.

Eli Domota a annoncé qu’à chaque procès contre un militant syndical, la mobilisation serait au rendez-vous. Le mandat confié par le bureau du Cicr a été accompli et la solidarité internationaliste face à la répression antisyndicale a trouvé à s’incarner une nouvelle fois - de façon concrète et pratique - loin des déclarations trop souvent sans lendemain.

Avec Eli Domota, nous avons décidé - compte tenu de la poursuite de la répression antisyndicale - de proposer dès mon retour au bureau du Cicr de nous adresser une nouvelle fois à Mme le ministre de la Justice, Mme Christiane Taubira. Réuni le 7 mai, le bureau a retenu cette proposition et une demande urgente d’entrevue avec le ministre a été formulée. Nous estimons qu’il est plus que temps de mettre un terme à une situation inacceptable.

En guise de conclusion provisoire, je voudrais remercier les membres du Cicr, les abonnés au bulletin, les militants et responsables syndicaux qui soutiennent l’action générale de notre comité et qui ont aidé encore récemment à la libération du syndicaliste russe Ourussov, et contribué financièrement au voyage en Guadeloupe. Sans eux, la réalisation matérielle de cette mission eut été impossible Ne pas céder à la « raison d’Etat » comme aimait à le rappeler le président fondateur du Cicr Maître Yves Dechezelles nécessite de disposer des moyens matériels assurant notre complète indépendance. C’est parce que la répression anti-syndicale continue que nous continuons à compter sur vous.

Gérard Bauvert, secrétaire du Cicr

14 mai 2013

Publié par CICR le jeudi 30 mai 2013

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !