Accueil | Proposer un article | Thèmes | Auteurs

Rechercher



Galerie Photos

Statistiques

Dernière mise à jour
lundi 19 juin 2017
13h00

Statistiques éditoriales
2160 Articles
97 Brèves
27 Site Web
158 Auteurs

Statistiques des visites
3278 aujourd'hui
5866 hier
5945221 depuis le début

image Aide & infos

Calendrier

Mots-clés

ADN Awa !, 14 février 1952, 14 décembre 2010, 16 décembre 2008, 26 octobre 2010, Accord Bino, Affaire Jephté Depreux, Apartheid, BEO, Campêche, Charles Henri Salin, Chlordécone, Clan Koury, Cliniques KADJI, Collectif 5 Février, Conflit Danone, Dialogue social, Droit du travail, Esclavage, Etats-Généraux, Guerlain, Haïti, Justice coloniale, Kanaky, LKP, Mai 1967, Martinique, Mayotte, Mercury Day, Michel Madassamy, Mwa Mé, Octobre 1801, Pétition anti LKP, Plantation HAYOT, Prix des carburants, Procureur PRETRE, Prud’hommes, Racisme, Représentativité UGTG, SARA, Sarah Aristide, Solidarités, Tourisme, VIH/SIDA, Xénophobie, Pauvreté, Affaire Marc SAINT-HIL, Assignation en justice, Capesterre-Belle-e (...), CHU Lapwent, Dlo Gwadloup / Eau de, Elie DOMOTA, Epidémie Chikungunya, fidel castro, Fillon / Domota, Grève C.A.S.E kapestè, Grève canal satellite, Grève CGSS 2016, Grève Mairie Basse-Terr, Grève Pôle emploi (...), Grèves, Gwiyann, Inde, Journal Rebelle, Journal Rebelle, Lopital Kapèstè, Marie-Galante, Meetings, Mexique, Palestine, Père Chérubin CELESTE, Procès Elie DOMOTA (...), procès Jocelyn LEBORGNE, Propagande élections, Régionales 2015, Secteur B.T.P, Secteur Banque-Assuran, Secteur Emploi-Formati, Secteur Immobilier, Secteur Nettoyage-Blan, Secteur Sécurité, Secteur Social et (...), Secteur Transport, Total pwofitan, UEC-UGTG, ULTEA-UGTG, UNASS-UGTG, UTAS-UGTG, UTC-UGTG, UTE-UGTG, UTED-UGTG, UTHTR-UGTG, UTS-UGTG, UTT-UGTG, Venezuela, Virus ZIKA,

La Guadeloupe est un pays colonisé

Afficher une version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

Aucune réaction pour le moment !
 

LA GUADELOUPE EST UN PAYS COLONISÉ

Nous le disons, nous invectivons ici et là, de manière aussi légère qu’un palaviré à réaction. Nous l’écrivons comme makakri, comme dé mo maké. Avons-nous vraiment conscience de la violence (à son paroxysme) de cet état de fait que nous évoquons, de cette condition déshumanisant, méprisante et inconditionnellement bâtarde ?

Pas si sûr.

Peu d’entre nous, l’avons vraisemblablement intégré. Rien que d’y penser, cela réveille en eux un boukan d’émotions, un enchvètrement d’humiliations, de peurs, d’inquiétudes, de colère, de rage dans un barik où croupissait déjà la haine mélangée aux pulsions les plus primitives que tout homme porte en lui.

On nonm dominé par un autre homme, quoi de plus avilissant. Aucune loi naturelle ne le justifie, seule la loi des hommes l’autorise et l’entérine. Elle était déjà condamnable aux siècles passés, ignorés par le siècle des lumières, elle est aujourd’hui exécutable à l’ombre d’un grand fromager.

C’est un peu cela la colonisation.

Beaucoup d’entre nous l’avons évacué. Mais c’est par cette même domination que cela fût possible. Cette domination qui depuis longtemps vous a amputé de tout ou partie de votre histoire, de tout ou partie de vous-même. En vous intimant sournoisement de passer sous silence le mawonaj et la rébellion de vos ancêtres, à contenir tout la fierté que vous auriez pu extraire de l’extraordinaire résistance des bigarrés de Guadeloupe face à l’empereur conquérant. Cela fut possible par une substitution létale pour la pensée et pour l’être, venue de la leçon de mille lieues, où naguère guerroyaient nos mafouti ancêtres, Clovis et ses Gétorix. Telle la négation. Cette domination qui vous a violé, en vous imposant sa culture, ses traditions, ses mœurs à transmettre à votre progéniture, à perpétuer sans fin, dans l’abnégation malsaine et stérile la plus totale. A vous enfariner la langue dans un enrobage tellement soyeux qu’il vous a fait perdre votre kréyol. Tandis que le son K, si familier à nos oreilles devenait atone et inaudible au fur et à mesure.

C’est aussi un peu cela la colonisation.

De par sa télévision et sa radio, petite lucarne où vous tentez vainement de vous entrevoir. Et dans le vèglaj le plus éblouissant, vous, vous tombez djoup dans le panier percé de l’agoulou de la surconsommation en haute voltige. Tentant désespérément de vous en défaire, mais hélas le temps passe, passe, passe.

C’est tout cela la colonisation.

C’est d’avoir élevé et nourri au beau mitan d’entre nous quelques uns d’entre nous. Prolongement de son arme tranchant qui après vous avoir transpercé, la rassure que jamais la plaie ne se refermera. Car béante, suppurante, l’élite s’en portait garante.

Mi sé sa la colonisation.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, ne la rassasiait pas, elle maintient toute l’année une saison blanche et seiche. Par la domination de son pouvoir administratif et économique, d’une poignée de Frandaker sur les BIKO du pays.

Alors, ce n’est plus cela la colonisation.

Car cette autre dimension qui, subrepticement se superpose à l’état de fait, ne serait-elle pas une composante utérine de la métastase existentielle ?

Senk & Kat
Juin 2003

Post-Scriptum

Texte publié en juin 2003 dans le journal "Senk & Kat".
publication originale : 16 juin 2003

Publié par la Centrale UGTG le vendredi 18 juillet 2008
Mis à jour le mardi 22 juillet 2008

 > A lire également

A lire aussi dans la même rubrique :

D'autres articles du même auteur :

 > Forum article

Aucune réaction pour le moment !

Nous écrire | Plan du site | Espace privé | Propulsé par SPIP | Flux RSS Flux RSS | Mentions légales

Valid xhtml 1.0 Téléchargez Firefox !